Monde

L'impressionnante grève anti-Trump des épiciers yéménites de New York

Temps de lecture : 2 min

Plus de mille épiceries gérés par des Yéménites ont fermé leurs portes le 2 février en résistance contre les suspensions de visas imposées par Trump.

La communauté yéménite de New York manifeste contre l'ordre exécutif de Trump sur l'immigration, le 2 février 2017 à Brooklyn. SPENCER PLATT/AFP
La communauté yéménite de New York manifeste contre l'ordre exécutif de Trump sur l'immigration, le 2 février 2017 à Brooklyn. SPENCER PLATT/AFP

À New York, de nombreuses épiceries du coin, souvent ouvertes 24 heures sur 24, sont tenues par des Yéménites, et le jeudi 2 février, plus de mille d'entre elles ont fermé leurs portes en signe de résistance contre la politique migratroire du président Donald Trump.

En effet, un ordre exécutif signé par le président a suspendu les visas pour les ressortissants de sept pays à majorité musulmane, dont le Yémen, qui est actuellement en pleine guerre civile. Pour manifester contre ce décret, les propriétaires d'épiceries, appelées bodegas, ont fermé boutique et se sont rassemblés à la mairie de Brooklyn, avec de nombreux drapeaux américains et des pancartes anti-Trump.

Avant d'aller manifester, de nombreux propriétaires avaient affiché des messages sur les portes de leurs commerces, comme celui-ci:

«Fermé. Ma famille est détenue à JFK» (l'aéroport de New York).

En effet, certains Yéménites de New York sont directement affectés par le décret de Trump: l'un d'eux raconte au site Think Progress que sa femme et ses enfants avaient commencé une procédure pour le rejoindre aux États-Unis, mais que le processus a été abruptement suspendu suite au décret présidentiel.

Plusieurs politiciens locaux, y compris le président de l'arrondissement de Brooklyn, Eric Adams, ont fait des discours de soutien et les manifestants ont tous prié ensemble devant la mairie.

Un communiqué diffusé par les organisateurs de la manifestation expliquait que «cette grève des épiceries est une façon de montrer le rôle vital que jouent ces épiciers et leurs familles dans le tissu social et l'économie de New York.»

À la manifestation, l'un d'entre eux expliquait qu'il travaillait douze heures par jour sept jours sur sept, plus que Donald Trump:

À Brooklyn, certains Yéménites vivent dans les mêmes quartiers que la communauté juive ultra-orthodoxe, et certains ont tenu à montrer leur solidarité inter-religieuse:

«En tant que juif hassidique, j'ai ressenti l'importance de passer à mon épicerie locale pour apporter mon soutien à #MesVoisinsYéménites Sami et Mohammed. #BodegaStrike».

Le samedi 28 janvier, les chauffeurs de taxi new-yorkais, dont beaucoup sont originaires de pays musulmans, avaient également fait grève à l'aéroport de JFK, où des musulmans étaient détenus suite au décret de Trump.

Newsletters

Bernie Sanders est-il le seul capable de battre Donald Trump?

Bernie Sanders est-il le seul capable de battre Donald Trump?

Aux États-Unis, nous sommes à un moment clef de la campagne des primaires démocrates —un moment où les choses sont peut-être en train de s’éclaircir. De fait, le candidat radical Bernie Sanders est arrivé en tête dans les trois États qui ont...

Selon un journaliste décoré par Trump, le coronavirus n'est qu'un rhume

Selon un journaliste décoré par Trump, le coronavirus n'est qu'un rhume

Rush Limbaugh, animateur de l'émission de radio la plus écoutée des États-Unis, a expliqué que les médias semaient la panique sur le Covid-19 pour nuire au président.

La justice américaine vient de faire du street art un art à part entière

La justice américaine vient de faire du street art un art à part entière

Un jugement vient de condamner la destruction de 5Pointz, un squat du Queens recouvert de graffitis, au motif qu'il s'agissait d'œuvres d'art.

Newsletters