Science & santé

Qu'est-ce que les hommes politiques ont de plus que nous?

Repéré par Florian Adam, mis à jour le 03.02.2017 à 11 h 13

Repéré sur New York Magazine, Research Digest

La politique est un monde cruel, mais les politiciens sont préparés à ça.

Chirurgie du système nerveux : crane et encéphale; rachis et moëlle; nerfs (1905)  | Internet Archive Book Image via Flickr CC License by

Chirurgie du système nerveux : crane et encéphale; rachis et moëlle; nerfs (1905) | Internet Archive Book Image via Flickr CC License by

Les hommes et femmes politiques sont-ils différents de nous? L’étude conduite par Richard Hanania de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) tend à le démontrer.

Comme le relève le New York Magazine, l'universitaire a étudié la personnalité de 278 législateurs américains grâce au modèle du Big Five, une méthode reconnue en psychologie permettant d'analyser les traits principaux de caractère d’une personne. Est évalué le degré d’ouverture, le niveau de conscience, d’extraversion, d’agréabilité et de névrosisme, la tendance à ressentir des émotions négatives comme l'anxiété. Ils ont été comparés aux résultats moyens d’un panel de 2586 participants de la même tranche d’âge que les politiques interrogés et ayant répondu au même questionnaire.

Dans le Research Digest de la British Psychological School, le docteur en psychologie Christian Jarret souligne que l’étude de Richard Hanania met en avant une grande différence entre les scores des politiciens et des citoyens. Ils savent également plus facilement se placer dans des situations et expériences agréables dont ils tireront un bénéfice. S'agissant de leur relation avec autrui, les politiciens ont une capacité plus élevée que la moyenne à se montrer avenant. Ils sont ainsi plus enclins qu’une personne «normale» à se faire aimer, d'autant plus s'ils en tirent un avantage, même plus tard. Le plus remarquable, et le plus nécessaire dans la profession, est leur capacité importante à supporter des émotions négatives. Leur niveau de névrosisme est dit «faible». À l'image de ce que François Fillon vit actuellement en France après les révélations du Canard Enchaîné

À l'inverse, Richerd Hanania souligne que les politiciens sont moins ouverts aux expériences nouvelles. Plus conformistes, ils préféreront des situations plus familières et auront une tendance à préférer leurs points de vue. Christian Jarret explique ce phénomène par le fait que le milieu de la politique attirerait «moins de personnes avec des tendances artistiques». Les résultats de l’étude sont néanmoins à relativiser. L'étude ne concerne que 278 législateurs et ne peut pas être généralisée à la classe politique dans son ensemble. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte