Monde

La «porte des enfers» a été créée par l’homme, et se trouve au Turkménistan

Temps de lecture : 2 min

Le cratère de Darvaza est en fait le résultat d'une opération de forage. Il brule depuis plus de quarante-cinq ans.

Turkmenistan Darvaza crater volcano | Roderick Eime via Flickr CC License by
Turkmenistan Darvaza crater volcano | Roderick Eime via Flickr CC License by

En 1971, des Soviétiques décident de se mettre en quête de pétrole et d’affronter le désert de Karakoum, qui occupe la moitié du Turkménistan. Tombant sur de gigantesques réserves de gaz, les scientifiques commencent tout de suite les opérations de forage et installent une plate-forme destinée à extraire le pétrole.

Seulement, le sol est fragile, et il se dérobe subitement. Aucune victime n’est à déplorer mais le résultat se solde par un trou de 60 mètres de largeur, sur 20 mètres de profondeur; et le cratère continue aujourd’hui à bruler en raison des quantités de méthane qu’on y trouve. The Independent y a consacré un bref article.

Photo du cratère de Darvaza, par Sunrise Odissey

En voyant les photos prises par les nombreux touristes qui visitent le site, on comprend tout de suite pourquoi le foyer de gaz se fait appeler «la porte de l’Enfer». Il convient en outre de noter que l’endroit, très prisé, a obtenu l'excellente note de 4,6 sur Google Map. Une bonne adresse, donc.

Photo du cratère de Darvaza, par Tormod Sandtorv

Slate.fr

Newsletters

Une salvadorienne risque vingt ans de prison pour avoir tenté d’avorter après un viol

Une salvadorienne risque vingt ans de prison pour avoir tenté d’avorter après un viol

Un cas qui illustre la cruauté des lois anti-IVG du Salvador.

La rougeole refait son apparition dans la communauté juive orthodoxe de New York

La rougeole refait son apparition dans la communauté juive orthodoxe de New York

Cette communauté est directement ciblée par la propagande anti-vaccin.

«Les histoires que je découvrais semblaient dériver de substances provenant du sol»

«Les histoires que je découvrais semblaient dériver de substances provenant du sol»

«Je pense que la région m'a intriguée instinctivement parce que je savais très peu de choses à son sujet, raconte Chloe Dewe Mathews. Les histoires que je découvrais semblaient dériver de substances provenant du sol. Plus important encore, la...

Newsletters