Monde

Pour Trump, la lutte contre les extrémismes doit se concentrer uniquement sur l'islamisme

Temps de lecture : 2 min

Les groupes d'extrême droite ne seraient plus visés.

Donald Trump fait un discours au département de Sécurité Intérieure le 25 janvier 2017 à Washington. NICHOLAS KAMM/AFP.
Donald Trump fait un discours au département de Sécurité Intérieure le 25 janvier 2017 à Washington. NICHOLAS KAMM/AFP.

Pendant sa campagne, Donald Trump a constamment accusé Barack Obama et Hillary Clinton de ne pas assez parler d'«islamisme radical», et répété que cette réticence à dire ces mots empêchait l'Amérique de lutter contre le terrorisme.

Afin de tenir sa promesse, le président va transformer un programme de «riposte contre l'extrémisme violent» en initiative de «riposte contre l'extrémisme islamiste radical», selon cinq sources qui ont parlé à l'agence Reuters.

Selon ces mêmes sources, le programme ne «viserait plus des groupes comme les nationalistes blancs qui sont aussi à l'origine de bombardements et de fusillades aux États-Unis.»

Le programme CVE, ou Countering Violent Extremism, a été mis en place en 2015 par l'administration Obama, et se concentre sur la prévention du terrorisme via des partenariats avec les communautés, des programmes éducatifs et des campagnes sur les médias sociaux. Si l'initiative visait plus particulièrement le terrorisme islamiste, la prévention de la violence d'extrême droite faisait aussi partie de sa mission.

Une démarche contre-productive?

Le programme est ainsi présenté sur le site du département de Sécurité Intérieure:

«Les menaces liées à l'extrémisme violent viennent d'une variété de groupes et d'individus, y compris des terroristes intérieurs et des extrémistes violents nés aux États-Unis, ainsi que des groupes terroristes internationaux comme al-Qaïda et l'État islamique.»

Or, quelques jours après l'assassinat de six musulmans par un jeune d'extrême droite à Québec, Reuters révèle que l'administration Trump veut limiter la lutte contre l'extrémisme à la lutte contre l'extrémisme islamiste.

«C'est inquiétant pour nous parce qu'ils visent un groupe religieux en particulier et le rendent suspect», a expliqué Hoda Hawa, une porte-parole du Muslim Public Affairs Council.

Des défenseurs du programme originel expliquent que le renommer ainsi pourrait rendre plus difficile la coopération du gouvernement avec les communautés musulmanes. D'autant plus que ces révélations arrivent quelques jours après un ordre exécutif interdisant du territoire les réfugiés syriens (sauf chrétiens), ainsi que les immigrés issus de sept pays à majorité musulmane.

Newsletters

L'Europe et le dilemme des valeurs

L'Europe et le dilemme des valeurs

[TRIBUNE] Les valeurs sont l'identité de l'Europe mais la recherche du compromis est aussi sa caractéristique et son savoir-faire.

Sirimavo Bandaranaïke, la première femme à devenir cheffe d'État, en 1960

Sirimavo Bandaranaïke, la première femme à devenir cheffe d'État, en 1960

Aujourd'hui, seules 21 femmes dirigent un pays dans un monde qui en compte 197. Autant dire qu'à l'époque, c'était inouï.

La Chine en quête d'un nouveau baby boom

La Chine en quête d'un nouveau baby boom

Le taux de natalité n'a quasiment jamais été aussi bas.

Newsletters