Culture

Qui se cache derrière le pseudonyme Anne Rice?

Elise Costa, mis à jour le 02.02.2017 à 15 h 20

Que fait une petite fille avant de devenir une grande romancière? Elle se trouve très vite un nom.

Slate.fr vous propose une série d'histoires mystérieuses autour de grands écrivains. Pour retrouver les récits précédents, cliquez ici.

Anne Rice n’a pas toujours été Anne Rice. Il ne s’agit pas là d’une façon de parler, comme pour dire qu’elle était inconnue avant sa série Chroniques des vampires (et plus particulièrement Entretien avec un vampire). Non, avant de devenir auteure de best-sellers, d’écrire des romans et de savoir écrire tout court, Anne Rice est née Howard Allen O’Brien.

Nous connaissons le producteur zinzin Howard Hughes, l’animateur tordu Howard Stern et peut-être –du moins si vous êtes férus de prestidigitation– le magicien Howard Thurston. Tous des hommes d’une autre époque, presque d’un autre siècle. Une fille qui s’appelle Howard, plus encore si elle a vu le jour en 1941, ça n’existe pas. Et ça n’existera jamais. Car alors qu’elle est haute comme trois pommes, la future romancière décide de vite couper court à cette originalité et de changer de nom.

Août 1947. C’est le premier jour de la rentrée des classes. La petite Howard entre au CP à la St. Alphonsus School, en Louisiane, où son père a aussi usé ses fonds de culottes. Sa mère l’accompagne. À l’entrée, Sœur Hyacinthe s’approche d’elle. «Comment t’appelles-tu?», lui demande-t-elle. À ce moment-là, l’enfant sait qu’elle joue gros. Loin de se démonter, elle répond: «Ann». Il est probable qu’elle ait ajouté un «e» par coquetterie à l’instar de Anne of Green Gables, ou peut-être que cela s’est fait sans discuter, puisque l’affaire se passe à la Nouvelle Orléans. Toujours est-il que sa mère ne la reprend pas.

«Un avantage peu commun»

Il ne pouvait en être autrement. Le héros de Chroniques des vampires n’est-il pas Lestat de Lioncourt? Le narrateur, Louis de Pointe du Lac? Il y a aussi le jeune Armand, Mael, et Nicolas de Lenfent. Ce ne pouvait donc être qu’un prénom français, Anne.

En 1997, Anne Rice, qui vit avec son temps, discute avec  des lecteurs sur son site officiel (la page est encore disponible sur web.archive.org). Pourquoi diable Howard Allen?, souhaite ainsi savoir Julieann (sans e) d’Australie. L’auteure répond:

«Mon nom de naissance est Howard Allen parce qu’apparemment, ma mère pensait que c’était une bonne idée. Mon père s’appelait Howard, et elle voulait m’appeler comme lui, croyant que c’était une chose très intéressante à faire. Elle était un peu bohémienne, un peu cinglée, un peu géniale, et une sacrée professeure. Et elle avait dans l’idée qu’appeler une femme Howard lui donnerait, dans ce monde, un avantage peu commun

Devant Sœur Hyacinthe, la mère ne reprend pas la fille parce que cela s’inscrit dans sa vision des choses. Elle veut s’appeler Anne? Et bien elle sera Anne, que voulez-vous! Après tout, son père lui-même refuse de se faire appeler Howard. Tout le monde le présente comme Michael O’Brien. Pourquoi donc lui imposer un prénom qu’elle déteste tant? La même année que son entrée en CP, en 1947, Howard O’Brien devient officiellement Anne O’Brien à l’âge de 6 ans. À 20 ans, en épousant son amour de fac Stan Rice, elle prit son nom. Ce nom sous lequel elle a vendu plus de 100 millions de livres.

Elise Costa
Elise Costa (96 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte