Culture

Heureux qui comme Fillon a fait un beau mariage

Laurent Sagalovitsch, mis à jour le 01.02.2017 à 10 h 06

[BLOG] Penelope par-ci, Penelope par-là, Penelope au four et au moulin, Penelope à toutes les sauces : à force d'entendre tout et son contraire, moi j'en perds mon latin. Et mon grec aussi.

François Fillon en mars 2012 | European People's Party via Flickr CC License by

François Fillon en mars 2012 | European People's Party via Flickr CC License by

Quelle histoire tout de même, Homère ne doit plus savoir où ranger ses sandalettes : Penelope par-ci, Penelope par-là. Penelope débarquée de son Pays de Galles natal pour disputer les 24 heures du Mans avant de se retrouver, on ne sait comment ni pourquoi, bombardée assistante parlementaire d'un député qui par ailleurs, coïncidence troublante digne d'une plaisanterie orchestrée par quelques Dieux ailés, se trouvât être son coquin de mari, toujours par monts et par vaux.

Penelope donc qui, lorsqu'elle ne s'occupe pas de l'éducation de ses cinq Télémaque d'enfants, passe son temps à suppléer son époux, à battre à sa place la campagne sarthoise afin d'aller prêcher la bonne parole, s'enquérir du moral des troupes, prendre le pouls de la plèbe et signaler à Monsieur le Député l'absolue nécessité de réparer le chemin de terre séparant la chaussée au niveau du croisement de la départementale D297 et du lieu-dit les Cyclopes.

Penelope, bon pied, bon œil, 61 ans au compteur, discrète comme une jardinière anglaise, douce et aimante comme la maîtresse du lieutenant français qui, éternelle malédiction des Dieux envers son prénom hellénique, détricote la nuit venue, dans la salle-à-manger de son manoir, sous le regard austère des ancêtres de Monsieur le Marquis de la Fillonerie, ce qu'elle a accompli le jour, si bien que lorsque les journalistes du Canard enchaîné, tous fils revendiqués d’Œdipe, le premier des grands détectives, enquêtèrent sur la nature de ses activités diurnes, ne trouvèrent rien à se mettre sous le bec et reniflèrent la possibilité d'une entourloupe.

Penelope, yeux bleus, cheveux gris, coupe au carré, sourire malicieux, élégante dans son maintien tout provincial, sorte de Françoise Hardy bohémienne, avide lectrice qui pour ne pas céder à l'ennui de ses longues journées où elle attendait désespérément le retour de son époux, perpétuellement retenu pour affaires à Lutèce quand ce n'était pas à Athènes même, prit sur elle de distiller ses bons conseils à Marc Ladreit de Lacharrière, bienfaiteur de l'humanité, ami de la famille, propriétaire d'une revue littéraire sur le déclin, bien vite séduit par la pertinence de ces remarques au point de lui signer chèque sur chèque.

Penelope désormais personnage central d'une tragédie grecque mâtinée d'une mauvaise comédie de boulevard, poursuivie par des photographes sans scrupules, interrogée par des commissaires du peuple dans des locaux insalubres, sommée de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, traquée par des fins limiers aux méthodes spartiates, visée par une enquête pour emploi fictif, Penelope, maintenant, vouée aux gémonies, accusée de tous les maux, embarquée dans une Odyssée sans nom, Penelope, dis-nous Penelope, fille d'Icarios, antique beauté, toi qui congédias cent-quatorze conseillers municipaux avides de prendre la place de ton député d'époux quand celui-ci sillonnait le pays, dis-nous un peu, tonnerre de Zeus, si les allégations portées contre toi sont-elles fondées ou pas ?

Pour suivre l'actualité de ce blog, c'est par ici: Facebook-Un Juif en cavale

Laurent Sagalovitsch
Laurent Sagalovitsch (132 articles)
romancier
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte