France / Life

L'homosexualité victime de cyber-censure en France

Temps de lecture : 2 min

Impossible pour les employés d'EDF, de France Télécom, de la SNCF ou pour les utilisateurs du wifi dans certains lieux publics d'accéder à certains sites gays ou lesbiens d'information: attention, «contenu pour adultes» ou «blasphématoire». Ces sites ne sont pas autorisés

Exemple: dans une médiathèque de la Mairie de Paris, Yagg est inaccessible. Une constatation vérifiée auprès de Michel Trentadue, adjoint au directeur des systèmes et technologies à la Mairie de Paris: «notre politique de filtrage est en adéquation avec le code pénal interdisant toute diffusion de messages à caractère violent ou pornographique». La catégorisation est pour le moins arbitraire: le site de Têtu est accessible dans des lieux ou Yagg ne l'est pas, et inversement. Mais l'amalgame entre pornographie et homosexualité reste fréquent.

Lire l'article complet sur Yagg.com

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Fickr, Gaypride

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters