Monde

Pendant que l'Amérique proteste, Trump fait projeter «Le Monde de Dory» à la Maison-Blanche

Temps de lecture : 2 min

Un choix que de nombreux observateurs ont commenté avec beaucoup d'ironie.

Hank finding dory | tofoli.douglas via Flickr CC License by
Hank finding dory | tofoli.douglas via Flickr CC License by

Difficile d’imaginer Trump s’émouvoir des aventures d’un petit poisson partant en quête de ses parents. Pourtant, ce dimanche 29 janvier à 15 heures, pendant que de nombreux Américains protestaient contre le décret interdisant l’entrée aux ressortissants de 7 pays à majorité musulmane, le nouveau président a choisi de projeter Le Monde de Dory à la Maison-Blanche. Un choix qui n'a pas manqué d'étonner, non pas à cause de l’aspect enfantin de l'œuvre choisie, mais de ses thèmes.

Le film d'animation créé par Pixar et Disney raconte l’histoire de Dory, un Paracanthurus Hepatus qui traverse l’océan afin de retrouver ses parents. Une intrigue qui pour beaucoup fait écho à l'actualité brûlante. Ainsi, l'acteur Albert Brooks, qui fait la voix du père de Nemo, a t-il tweeté: «Étrange que Trump veuille regarder Le Monde de Dory, un film qui traite de retrouvailles familiales, alors qu’il l’interdit dans la vie réelle.»

La voix du personnage principal du film était par ailleurs interprétée par Ellen DeGeneres, qui se positionnait, elle aussi dimanche, contre le décret présidentiel.

Le Monde de Dory traite également de l’écologie et du respect de la nature, et notamment de la Grande barrière de corail, que l'héroïne traverse pendant qu’elle recherche ses parents. Elle constate ainsi les effets du réchauffement climatique, qui a été décrit par Trump comme une arnaque, inventée par la Chine.

Sean Spicer, le secrétaire de la Maison-Blanche, a toutefois précisé que le président n’avait pas assisté à la projection et qu’il était «retourné au travail» après avoir accueilli les conjoints et les enfants venus voir le film.

Slate.fr

Newsletters

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Pas parce qu’ils ont changé d’avis, mais parce que tout le monde en regarde.

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

«Plus on est extrême, plus les gens nous croient», explique Christopher Blair, qui a créé un compte parodique très populaire chez les pro-Trump.

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

On espère que le deuxième épisode finira mieux que le premier.

Newsletters