Tech & internetFrance

Dans les salons de discussions des soutiens de Mélenchon

Grégor Brandy, mis à jour le 03.02.2017 à 17 h 59

Sur la plateforme Discord, les sympathisants d'extrême gauche cherchent des idées et moyens de convaincre un maximum de Français de voter pour le candidat de «La France insoumise».

Jean-Luc Mélenchon, le 11 janvier 2017, au Mans | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Jean-Luc Mélenchon, le 11 janvier 2017, au Mans | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

C'est un épisode qui est passé plutôt inaperçu. Ce 1er février, le site d'Europe 1 a supprimé un paragraphe entier d'une chronique de son chef du service politique, Antonin André. Après avoir œuvré pendant près d'une matinée, plusieurs soutiens de Jean-Luc Mélenchon s'en sont félicités: pour eux, justice avait été –en partie– faite.

Quelques heures plus tôt, l'un d'entre eux était tombé sur un article (une reprise d'une chronique radio) du site internet dans lequel il était écrit que «le projet de Jean-Luc Mélenchon se résume pour l’instant à 10 mesures». Un article qu'il a ensuite posté sur Discord, une application sur laquelle plusieurs personnes peuvent se regrouper autour d'un sujet commun et discuter. La chaîne de discussion s'appelle «Les Insoumis», en écho au slogan de Jean-Luc Mélenchon, «La France insoumise». Et voilà ce qu'écrit un utilisateur:

Après des emails, des tweets, et coups de téléphone passés à la rédaction dans la matinée de sa publication, le paragraphe a été supprimé (même si la vidéo, elle n'a pas été éditée) sans que le site n'explique cependant pourquoi. De quoi ravir particulièrement ces soutiens de Jean-Luc Mélenchon. Comme Holo:

Les soutiens de Marine Le Pen ne sont donc pas le seuls à se regrouper sur l'application. Ils sont plusieurs à supporter Jean-Luc Mélenchon à en faire de même, sur le propre serveur. Discord, c'est cette application dont nous parlions un peu après l'élection de Donald Trump. Nous racontions comment des internautes pro-Trump avaient décidé d'aller militer pour différents candidats d'extrême-droite en Europe, dont Marine Le Pen. Espérant reproduire ce qu'ils pensent avoir réalisé avec Donald Trump, ils ont colonisé une partie du site communautaire Reddit consacrée à Marine Le Pen, avant de se retrouver sur Discord, où l'on peut créer un serveur gratuitement sur lequel on retrouve divers «salons» de discussion.

De là sont nées certaines idées et tentatives pour faire de Marine Le Pen la prochaine présidente. BuzzFeed s'était à son tour penché sur le Discord de ces militants et raconte notamment comment certains tentent de créer de faux comptes Facebook, «d’infiltrer les commentaires de grosses pages Facebook françaises», «d’y poster des mèmes pro-FN ou des blagues sur François Fillon», et créent également des comptes sur Twitter «pour faire monter des mots ou des hashtags dans les tendances du réseau». Parfois, ils s'allient pour influencer sur l'algorithme de YouTube en cherchant à la faire remonter en se rendant dessus et en lui accordant des «pouces bleus».

Reste que la plupart du temps, on assiste surtout à de longues discussions qui ne mènent pas forcément à grand chose. Pendant des semaines, ils ont collecté des mèmes, multiplié les Google Docs et les idées, sans jamais trop savoir quelle direction prendre ensuite.

De Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon

Mais si de nombreux groupes liés à l'extrême-droite semblent particulièrement friands de cette plateforme, on trouve donc des groupes avec une sensibilité politique toute autre. Ici, les soutiens de Jean-Luc Mélenchon. Anaïs Théviot, chercheuse au centre Émile Durkheim de l'université de Bordeaux, indique que tous ces regroupements ne sont pas une nouvelle tendance, mais que cela a pris une autre ampleur:

«On l'a vu notamment avec la campagne américaine et celle menée par Bernie Sanders, qui a vraiment essayé de développer ce discours de mener toutes sortes d'actions mêmes petites, mêmes en-dehors des structures partisanes. C'est aussi pour cela que de nombreux sympathisans ont créé des groupes sur Facebook, animé des discussions sur des chats, créé des plateformes. Et j'ai l'impression que Jean-Luc Mélenchon a un discours où il a dit très tôt qu'il s'inspirait de cette campagne. Des membres de son équipe sont allés observer ce qui s'y passait. On est dans la même idée, la même inspiration. (...)

 

Ça se fait aussi beaucoup au Front national. Cela fait des années que les militants ont investi le numérique, et qu'ils ont une pratique de trolls parfois, en laissant des messages négatifs sur les profils des autres candidats, ou écrire “Votez Marine” de manière répétitive dans beaucoup d'espaces.»

Comme pour le groupe de discussion «The Great Liberation of France» pour l'extrême-droite française, le contenu des échanges n'est pas vraiment caché, ou en tout cas à la vue de tous. Il suffit de se rendre sur la page Reddit consacrée au candidat, /r/melenchon, lancée il y a trois mois par son équipe de campagne selon Numerama, on y trouve un lien qui renvoie vers «Le Discord des Insoumis», en référence à donc «La France Insoumise», le mouvement lancé par Jean-Luc Mélenchon pour le porter vers l'Élysée.

Ce Discord est né d'une «initiative de certains membres 18-25 de jeuxvideo.com», nous explique Christophe, qui s'occupe en partie des projets sur la plateforme, et qui nous assure qu'il s'agit du seul lien entre le site jeuxvideo.com et ce Discord.

«Beaucoup de bonnes volontés y étaient réunies mais dispersées, j'ai donc proposé de créer un Discord afin d'y organiser des projets plus facilement», précise Miidnight, l'un des administrateurs.

Les responsables revendiquent aujourd'hui un peu plus de 1.000 membres, dont 300 «actifs en discussion», et une cinquantaine qui participent vraiment à l'élaboration des projets. Le rythme de publication varie en fonction des heures de la journée. L'activité est généralement plus forte entre 18 heures et 1 heure du matin, où plusieurs messages sont échangés par minute.

Sur ce Discord, on trouve plusieurs salons, chacun avec une utilité précise. Il y a le salon «public», où l'on discute de tout et de rien. Il y a également un salon «actualité» où de nombreux liens sont partagés, mais pas commentés, «contenu_fi», où les militants sont invités à publier leurs meilleurs images, montages et vidéos (qui, comparés à «The Great Liberation of France», visent beaucoup plus à soutenir leur candidat qu'à dénigrer les autres) pour que le reste de la communauté puisse ensuite les partager ailleurs, ainsi que «débat» où les militants ont principalement des discussions politiques, et plusieurs «salons vocaux», où on peut parler et écouter les conversations.

De nombreux projets en cours

Mais la chaîne la plus fascinante est celle des projets. Pour avoir passé un peu de temps dans le Discord «The Great Liberation of France», il est clair que si, comme l'indique BuzzFeed, de nombreuses tentatives de manipulations sur Twitter et Facebook ont lieu, les projets –nombreux– ont eu du mal à se mettre en place, et il est difficile de suivre qui fait quoi, et comment ils s'organisent.

Sur «Les Insoumis», en revanche, on trouve une liste non-exhaustive contenant environ 25 projets, en cours ou finalisés, qui ont pour but de promouvoir le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, de défendre ses propositions ou de s'attaquer à ses rivaux.

«N'importe qui peut proposer une idée de projet, et ceci sans avoir nécessairement des compétences particulières, raconte Christophe. La personne peut juste apporter l'idée même si on préfère qu'elle prenne en charge son projet. Si elle le souhaite, elle peut faire appel à des contributions sur des parties précises.»

On y trouve notamment un manuel de militantisme sur Twitter très complet (et plus poussé que celui présent sur le site officiel), qui couvre les éléments les plus basiques, ainsi que des stratégies (comme comment «squatter un hashtag adverse»), et où l'on conseille aux militants de ne pas se présenter comme tel:

«Votre photo, nom de compte et nom en toutes-lettres sont les premiers éléments que l'on voit et qui vous définissent. Si ces éléments sont plutôt neutres, vous ne serez pas associé-e à un-e militant-e, au moins dans un premier temps. Votre parole aura (en particulier auprès d'électeurs indécis) un poids bien supérieur que celle qui paraîtra venir d'un “soldat” d'un candidat.

 

Si vous vous affichez frontalement en tant que militant-e de la France Insoumise, vous pouvez provoquer un sentiment de méfiance, voire de rejet, vis-à-vis de vos propos qui manqueraient d'objectivité. [...] Si vos tweets paraissent neutres ou objectifs, ils ont une plus forte probabilité d'être lus ou partagés.»

Et si une personne ne sait pas comment répondre sur Twitter, on lui conseille de «demander de l'aide en transmettant le lien vers le tweet d'origine sur le Discord “Les Insoumis”, ou en message direct (DM) auprès de ses followers». Le manuel compte une quinzaine de pages, et deux autres similaires sont au programme avec cette fois-ci pour ambition d'expliquer comment militer sur Facebook et YouTube.

Des documents de travail très précis

L'organisation est importante et minitieusement orchestrée, documents à l'appui. Parmi toutes les initiatives, on trouve des liens vers deux documents partagés via Google: «Arguments! Notre stratégie: Convaincre», et un comparatif des programmes.

Le premier se divise en plusieurs onglets, et on peut y trouver ce que les militants présentent comme «des contre-arguments pertinents dont tous les insoumis pourraient se servir face aux arguments qui sont le plus souvent utilisés à tort pour décrédibiliser la campagne des Insoumis et de JLM», ainsi que «des encouragements à convaincre pour motiver autour de soi et rester dans une bonne dynamique tout le long de la campagne», et «des arguments pour discréditer tous les autres candidats».

Dans le premier cas, on trouve des réponses à 76 propos présentés comme «faux, diffamants ou controversés» sur le candidat, son programme. Ou sur des choses plus générales, comme la pauvreté et le mal-logement. Généralement, on trouve une ou deux réponses ou liens vers des informations pour répondre, et sur un cas «Jean-Luc Mélenchon sur la Syrie», le document donne sept types d'argumentations possibles, pour répondre: il est pour la paix, c’est de la propagande totalitaire, allez voir cette chaîne YouTube qui explique tout, c’est de la désinformation, il est pour la paix et une coalition universelle, il est moins manichéen que les autres, et il s’attaque au «russia bashing des médias occidentaux» sans excuser les exactions russes.

On y trouve également des éléments visant à discréditer plusieurs candidats: Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron (le plus visé pour l'instant), celui du parti socialiste, Yannick Jadot d'Europe-Ecologie-Les-Verts, dont la critique se limite à une vidéo où il explique avoir mangé il n'y a pas si longtemps au McDo, et une citation attribuée à Coluche, mais aussi François Asselineau, le candidat de l'UPR, dont les quelques membres sont très actifs sur internet.

Le deuxième document est plus ou moins une suite du premier, dans lequel les militants tentent de dresser des comparatifs entre leur candidat et six autres (Fillon, Le Pen, Macron, Hamon, Jadot et Asselineau). Le but consiste simplement à reprendre «les dix mesures prioritaires de la France insoumise», et de comparer les positions des différents candidats avec celles de Jean-Luc Mélenchon, pour en faire des tracts à imprimer.

L'importance de YouTube

Cette équipe numérique a également décidé de créer quelques jeux dont un memory sur ses affiches de campagne, ou encore «Fiscal Kombat», un «jeu vidéo par navigateur mettant en scène Jean-Luc Mélenchon se battant pour imposer une politique de redistribution des richesses», dont le nom reprend le célèbre jeu Mortal Kombat, et d'une vidéo pour «communiquer dessus».

La vidéo est un point sur lequel ces militants concentrent beaucoup de leurs efforts. Si Jean-Luc Mélenchon a réussi à faire son trou sur YouTube, des projets de sous-titrage en français et en anglais ont été lancés pour que tout le monde puisse les lire. On trouve aussi un lien vers une chaîne de vidéos parodiques, sur laquelle des imitateurs placent leur voix sur des paroles de François Hollande, Jacques Chirac, ou encore Nicolas Sarkozy pour promouvoir Jean-Luc Mélenchon et son programme, une autre humoristique regroupant notamment plusieurs de ses punchlines, et un projet de vidéos sur dix bonnes raisons de voter en faveur du candidat, qui présenterait «les points clefs du programme de la France Insoumise», et un dernier projet visant à filmer des personnes «témoignant de ce qu'elles veulent pour leur futur».

«Le but est de présenter les préoccupations de la population à travers un autre regard que celui des médias.»

On trouve également des renvois vers plusieurs comptes Twitter qui visent à mettre en avant le programme de la France insoumise, ainsi qu'un site de désintox, «Mélenchon, oui mais»créé par les militants du Discord et du forum de jeuxvideo.com, et que l'entourage du candidat «regarde avec une curiosité bienveillante».

Enfin, s'il n'est cependant pas listé dans la liste des projets, Miidnight nous a envoyés un Google Drive plus général comprenant une quinzaine de dossiers, et des dizaines de fichiers reprenant des arguments, citations de leur candidat, montages, stickers, idées de «Rap battle history», quiz, ainsi qu'une foire aux questions.

Lise Maillard, membre de l'équipe de campagne web de Jean-Luc Mélenchon, où elle s'occupe des réseaux sociaux, nous explique qu'ils ont «trouvé ça génial».

«C'est beau, c'est assez pro. On leur avait envoyé un message pour leur demander si l'on pouvait en faire un lien direct, ou le mettre directement sur le site Avenir en Commun, parce qu'on avait eu une idée similaire, et comme elle a déjà été fait, on s'était dit que ce ne serait pas bête de le reprendre directement. Mais je ne sais pas où ça en est.»

Bénéfique pour la campagne

Cet ensemble de projets est vu d'un très bon œil par l'équipe de campagne, qui espérait d'ailleurs une telle appropriation, continue Lise Maillard:

«On voit un certain nombre d'initiatives en train d'être menées, on en découvre d'autres une fois que c'est fini, et on trouve ça plutôt bien. L'idée, lorsque La France Insoumise s'est créée, c'était de faire une plateforme, où l'on donnerait tous les outils pour que tout le monde puisse faire ce qu'il souhaite. C'est totalement dans l'esprit du mouvement que l'on construit. Mais cela ne veut pas dire que nous sommes en contact avec eux.»

Les membres du Discord assurent également ne pas être en contact direct avec l'équipe de campagne, même s'ils ont «évidemment eu des retours et commentaires positifs». «Nous n'avons que des contacts ponctuel avec l'équipe de campagne», assurent-ils. Et Holo confirme sur la plateforme:

Anaïs Théviot souligne que cela permet de faire une campagne à moins coût (l'équipe peut reprendre un visuel avec l'accord de ses créateurs, par exemple). Le candidat a tout à y gagner: on parle de lui et il peut s'appuyer sur cette mobilisation pour dire qu'un mouvement se crée.

Quelle efficacité politique?

Il est difficile d'estimer pour l'instant quel impact auront ces différents documents sur la campagne. Les soutiens de Jean-Luc Mélenchon cherchent à persuader le maximum de gens de voter pour leur candidat, en utilisant une petite partie des innombrables ressources du web.

«Nous souhaitons diffuser au mieux les idées et le programme de la France Insoumise, explique Julia, l'une des membres du Discord. Internet est devenu une composante importante de notre société actuelle, c'est pourquoi nous mettons en place des projets en ligne afin qu'ils puissent être mis à disposition du plus grand nombre. [...] Nous nous considérons comme l'équivalent d'un groupe d'appui numérique avec des actions complémentaires à celles des groupes physiques.»

À l'inverse des militants d'extrême droite du Discord «The Great Liberation of France» (dont le niveau d'activité a considérablement baissé ces dernières semaines) qui ont multiplié les plateformes, passant des Google Docs (les documents partagés de Google), à Trello, Dropmark, Imgur, Flickr (et d'autres) pour stocker leurs éléments, et donnaient ainsi l'impression qu'on ne savait plus où donner de la tête, les membres d'extrême gauche se sont concentrés sur un petit nombre de plateformes, et ont l'air de réussir à les organiser. Reste que la tâche la plus compliquée commence pour eux désormais: ils vont devoir convaincre ceux qui ne sont pas déjà acquis à leur cause. Au vu des efforts déjà déployés, ils travaillent dessus.

Cet article a été mis à jour le 3 février à 10h30 pour rajouter la mention d'un autre Google Drive contenant des dizaines de fichiers, et modifier une référence à Mortal Kombat.

Grégor Brandy
Grégor Brandy (426 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte