Culture

Contrairement aux James Bond, le véritable Q du MI6 est une femme

Repéré par Robin Panfili, mis à jour le 26.01.2017 à 12 h 13

Repéré sur The Guardian, The Telegraph

L'agence d'espionnage britannique espère changer l'image que l'on s'en fait dans les films pour promouvoir plus de diversité.

Dans «Skyfall», c'est Ben Whishaw qui joue le rôle du Q. I Sony Pictures

Dans «Skyfall», c'est Ben Whishaw qui joue le rôle du Q. I Sony Pictures

Dans la plupart des volets de la saga James Bond, le Q –personnage fictif qui a pour mission de fabriquer les petits objets et gadgets pour l'agent 007– est incarné par un homme: Peter Burton, Desmond Llewelyn, John Cleese et, plus récemment, Ben Whishaw pour Skyfall et Spectre. Or, dans les faits, le Q (pour «quartermaster» ou «quartier-maître» en français) des renseignements britanniques ne répond pas à ce stéréotype.

C'est ce qu'a tenu à rappeler Alex Younger, la patron du MI6, dans un discours prononcé lors des Women in IT Awards à Londres, le 25 janvier 2016:

«Si n'importe laquelle d'entre vous veut nous rejoindre... Le véritable Q a hâte de vous rencontrer. Et je suis heureux de vous révéler ici que, dans la vraie vie [au MI6], le Q est une femme.»

Alex Younger en a également profité pour tacler les stéréotypes entretenus à tort par la saga au cinéma. Le succès des films est évidemment une aubaine pour la reconnaissance internationale du MI6, dit-il, mais elle donne une image eronnée des métiers et des profils recherchés par ses services.

«Plus les gens présentent des profils différents dans une même pièce –surtout dans les circonstances tendues dans lesquelles nous opérons–, plus les décisions prises seront les bonnes. Le succès, pour moi, passe donc par un éventail plus large de compétences technologiques au MI6 et plus de diversité, notamment plus de femmes.»

L'une des missions d'Alex Younger est donc de bousculer les idées reçues et les mythes qui entourent le MI6, en partie à cause de la saga. Tout le monde ne vient pas de l'université d'Oxford, tout le monde ne porte pas un costard sur mesure...

Ainsi, en octobre 2016, il n'avait pas hésité à pulvériser une idée qui semblait évidente pour tout le monde: s'il passait aujourd'hui les examens d'entrée au MI6, James Bond n'aurait jamais été embauché.

«Un sens strict de l'éthique est l'une des principales qualités que nous recherchons chez nos agents. Il est certain que James Bond ne passerait pas les entretiens d'embauche. Bien que nous partageons ses vertus de patriotisme, d'énergie et de ténacité, un agent du MI6 possède un haut degré d'intelligence émotionnelle, privilégie le travail d'équipe et respecte scrupuleusement la loi... contrairement à James Bond.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte