Monde

Le gouvernement Trump publiera une liste hebdomadaire des crimes commis par les immigrés illégaux

Temps de lecture : 2 min

Les décrets présidentiels de Trump sur l'immigration promettent également une augmentation des expulsions de sans-papiers, l'embauche de milliers d'agents frontaliers supplémentaires et la construction du mur à la frontière mexicaine.

Des manifestations contre les mesures du président Trump en matière d'immigration, à New York le 25 janvier 2017. BRYAN R. SMITH/AFP.
Des manifestations contre les mesures du président Trump en matière d'immigration, à New York le 25 janvier 2017. BRYAN R. SMITH/AFP.

Pendant sa campagne, Donald Trump est régulièrement apparu aux côtés de parents d'enfants tués par des immigrés illégaux, une façon pour lui d'exploiter des tragédies personnelles afin d'attiser la haine contre les sans-papiers.

Lors d'un discours au département de la Sécurité intérieure le 25 janvier, le président Trump a utilisé la même stratégie: après avoir présenté ses décrets présidentiels sur l'immigration, il a lu une liste de noms d'Américains tués par des immigrés illégaux et a invité des membres de leurs familles sur scène.

Les mesures annoncées dans ces décrets correspondent bien à la ligne dure promise par Trump sur l'immigration. Selon l'ordre exécutif signé par le président, le gouvernement va désormais publier chaque semaine «une liste complète des actions criminelles commises par les immigrés». Le texte utilise le mot «alien» (pas «illegal alien») mais la presse en a déduit qu'il s'agissait des sans-papiers. Dans la même veine, le décret établit un nouveau Bureau pour les victimes des crimes commis par les immigrés expulsables. Selon le texte, le but du rapport hebdomadaire sera d'informer le public des «menaces à la sécurité publique associées aux villes sanctuaires».

Place au mur

Dans les villes sanctuaires, une trentaine aux États-Unis, les forces de police locales ont pour ordre de ne pas vérifier le statut d'immigration des riverains, et de se concentrer sur la criminalité, pas les questions de visa. Très critique de ces sanctuaires, le président vient aussi de signer un ordre exécutif qui privera de financements fédéraux les villes qui choisissent cette politique pro-immigrés.

Ces décrets annoncent également l'embauche de quinze mille agents frontaliers et d'immigration supplémentaires afin d'accélerer le processus d'expulsions de sans-papiers.(Une mesure dont le financement devra d'abord être approuvé par le Congrès). Le fameux mur à la frontière mexicaine est également mentionné: le document stipule que le ministre de la Sécurité intérieure «prendra les mesures appropriées pour immédiatement planifier, concevoir et construire un mur concret le long de la frontière du sud».

Après des mois de promesses, le financement du projet reste encore mystérieux, avec l'idée que les États-Unis avanceront l'argent, qui serait ensuite hypothétiquement remboursé par le Mexique.

Newsletters

Aux États-Unis, l'autre «cancel culture»

Aux États-Unis, l'autre «cancel culture»

Dans de nombreux États américains, les législations visant à interdire la «théorie critique de la race» se multiplient.

Une étudiante américaine meurt après s'être étouffée lors d'un concours de hot-dogs

Une étudiante américaine meurt après s'être étouffée lors d'un concours de hot-dogs

Une cérémonie a réuni plus de 3.000 personnes pour lui rendre hommage.

Après sa discrète ascension, la Corée du Sud veut compter parmi les puissants

Après sa discrète ascension, la Corée du Sud veut compter parmi les puissants

En vingt ans, le pays est entré dans la modernité au point d'être invité à la table du G7. Celui qui a rejoint le cercle des moyennes puissances peut s'appuyer sur son économie et sa gestion exemplaire du Covid-19 pour assumer son envie d'autonomie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio