Monde

Le Pentagone trolle Trump en honorant un soldat réfugié irakien sur Twitter

Temps de lecture : 2 min

Avant la signature par Trump d'une interdiction temporaire des réfugiés, le compte Twitter du ministère de la Défense américain a subtilement critiqué le président en tweetant l'histoire d'un Marine réfugié originaire d'Irak.

Capture Twitter
Capture Twitter

Selon les copies d'un décret présidentiel fuité dans les médias le mercredi 25 janvier, le président Donald Trump s'apprête à signer un ordre bloquant l'arrivée de tous les réfugiés syriens jusqu'à nouvel ordre et interdisant tous les autres réfugiés pendant une période de 120 jours. Le décret suspend aussi pendant au moins trente jours tous les visas pour les ressortissants d'Irak, de Syrie, d'Iran, de Somalie, de Libye, du Soudan et du Yémen.

Avant cette signature, le compte Twitter du ministère de la Défense est discrètement entré en résistance en partageant l'histoire du caporal Ali J. Mohammed, un réfugié originaire d'Irak qui a rejoint les Marines en 2014.

«De réfugié à Marine. Cpl Ali J. Mohammed mène le combat contre ceux qui ont chassé sa famille.»

Les tweets du ministère de la Défense sont rarement retweetés plus de deux cent fois, mais cet article honorant la loyauté et le patriotisme d'un réfugié irakien devenu soldat américain a rapidement été partagé plus de six mille fois.

«Après avoir reçu de nombreuses menaces venant d'extrémistes reprochant à sa famille leur soutien aux USA, Mohammed et ses proches ont décidé de s'installer aux États-Unis», explique l'article.

Mohammed avait alors 16 ans et il a réussi à apprendre l'anglais et finir le lycée à temps tout en travaillant pour aider sa famille financièrement. L'armée américaine utilise désormais ses compétences linguistiques pour mieux communiquer avec l'armée irakienne. Un commandant explique à quel point son profil est précieux:

«Pouvoir lire, écrire et parler arabe est normal pour lui, et le fait qu'il soit un Marine et qu'il comprenne bien comment on opère, c'est juste phénoménal.»

Santé mentale

Ce commentaire va à l'encontre de la diabolisation des musulmans promue par Trump, et souligne de quelle façon les réfugiés du Moyen-Orient peuvent être des alliés dans la lutte contre le terrorisme. Pendant sa campagne, Trump avait critiqué les parents d'un soldat musulman d'origine pakistanaise décédé en Irak en 2004.

Ce n'est pas la première fois que le ministère de la Défense tweete de façon habilement polémique. Le 23 janvier, le compte officiel avait partagé ce tweet:

«Ce qu'une personne poste sur les médias sociaux permet souvent d'évaluer sa santé mentale. Sachez détecter les signes.»

Ce tweet avait été incroyablement populaire car beaucoup y ont vu une pique contre le président, dont les commentaires à l'emporte-pièce sur Twitter laissent présager une forte instabilité psychologique.

Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Incendie à Notre-Dame, publication du rapport Mueller et confirmation du candidat de l'opposition à la tête de la mairie d'Istanbul... La semaine du 13 avril en images. 

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Aux États-Unis, plus de soixante professionnel·les de la santé ont été arrêté·es pour prescription illégale d'antidouleurs.

Le rapport Mueller confirme que la porte-parole de Trump est une menteuse

Le rapport Mueller confirme que la porte-parole de Trump est une menteuse

Sarah Sanders a avoué avoir inventé de fausses informations sur le limogeage de l'ancien directeur du FBI, James Comey.

Newsletters