Boire & manger / Monde

À quoi cela ressemble vraiment de tout plaquer pour monter sa ferme

Temps de lecture : 2 min

Les Callahan ont abandonné leur vie à Washington pour devenir agriculteurs.

20120601-DM-LSC-0291 | U.S. Department of Agriculture via Flickr CC License by
20120601-DM-LSC-0291 | U.S. Department of Agriculture via Flickr CC License by

«Comme beaucoup d'urbains qui fréquentent les marchés locaux ou qui commandent leurs paniers via une Amap, les Callahan rêvaient d'échapper au rythme effréné et de s'installer comme petits agriculteurs.»

Mais là où la plupart des gens continuent d'imaginer ce que pourrait être leur vie, les Callahan ont décidé de quitter leurs emplois et la banlieue de Washington pour rejoindre la Caroline du sud, avant d'y acheter une ferme deux ans plus tard, raconte CityLab.

«Ils ont appris à faire pousser des légumes et élever des poulets et des chèvres en lisant des livres et des blogs, en regardant des vidéos sur YouTube et en demandant des conseils aux autre agriculteurs du coin.»

«Plus grand bonheur»

CityLab les a suivis pendant une journée hivernale, et donc plus calme qu'à d'autres moments dans l'année. Une journée racontée heure par heure, et qui commence dès 6h30 avec les réponses aux e-mails de clients et s'achève près de onze heures plus tard, après avoir nourri à deux reprises leur douzaine de poulets et leurs deux chèvres, nettoyé la grange, trait les chèvres, récolté les légumes...

«L'agriculture prend tout votre temps. Chaque jour, les devoirs s'accumulent et il faut les accomplir pour que la ferme reste fonctionnelle, sans parler de prospérité. Il n'y a pas de jours chômés. Les Callahan ne prennent pas de vacances pour le moment.»

Reste qu'ils ne regrettent rien. «Quand je prépare mon étal l'été, je suis surprise de voir que l'on a fait pousser tout ça, explique Jenni Callahan. Et se dire que des gens ramènent nos produits chez eux et nourrissent leurs enfants et familles avec. Je n'arrive pas à imaginer plus grand honneur.»

Slate.fr

Newsletters

Lasserre, le Meurice Alain Ducasse, Lucas Carton: trois grands restaurants parisiens étoilés en pleine mutation

Lasserre, le Meurice Alain Ducasse, Lucas Carton: trois grands restaurants parisiens étoilés en pleine mutation

La bistronomie actuelle n'empêche pas l'essor de la grande cuisine.

La soupe est servie

La soupe est servie

Une version pour les adultes, une version pour les enfants, et un repas à partager ensemble.

Le président islandais rétropédale sur la pizza à l’ananas

Le président islandais rétropédale sur la pizza à l’ananas

Il avait déclaré vouloir interdire dans le pays ce plat polémique.

Newsletters