France

DSK se tait sur ses ambitions pour 2012

Slate.fr, mis à jour le 26.11.2009 à 10 h 19

Dominique Strauss Kahn par World Economic Forum via Flickr

Dominique Strauss Kahn par World Economic Forum via Flickr

Dominique Strauss-Kahn, patron du Fond Monétaire International, de passage en France, a écumé les médias hier. Invitation au Grand Journal, interview dans le Figaro, la petite tournée de DSK a été interprétée par beaucoup comme une manière de tâter le terrain pour un éventuel retour aux présidentielles de 2012.

Le socialiste préféré des Français arrivait précédé de côtes flatteuses: en novembre, une enquête d'opinion l'a donné battant Nicolas Sarkozy avec 51% d'intentions de vote et d'après un autre sondage (OpinionWay-Figaro), 52% des Français le considèrent comme un bon candidat pour 2012. Sacré challenger de poids pour le président de la République, DSK a pourtant refusé de répondre aux nombreuses questions des journalistes concernant ses ambitions. Il a systématiquement éludé, expliquant dans le Figaro comme sur Canal +: «Cela fait toujours plaisir que vos concitoyens vous aiment bien, mais ce n'est pas mon sujet aujourd'hui.»

Sa réaction s'explique par le devoir de réserve imposé par son rôle au FMI. Tandis que certains de ses proches jouent les innocents - «c'est un rendez-vous pris de longue date. Cela fait partie du 'road show' du directeur général du FMI pour expliquer la situation et la manière dont travaille le FMI» d'après Jean-Marie Le Guen - d'autres ténors du PS alimentent les spéculations. Laurent Fabius, ancien premier ministre, a ainsi déclaré sur LCI «C'est une bonne chose d'avoir Dominique Strauss-Kahn parce que c'est une des quelques personnalités socialistes qui a les épaules pour être président de la République, il faut appeler un chat un chat».

Le directeur général du FMI, candidat malheureux aux primaires de 2007, a fait plusieurs apparitions remarquées dans l'hexagone depuis sa prise de fonction: visites à ses amis socialistes en janvier 2008, émission «A vous de juger» en mars 2009, anniversaire surprise en juin 2009, mariage de son ami Jean-Christophe Cambadélis en octobre 2009...

Manière de préparer le terrain ou visites innocentes? La réponse attendra 2011 et les primaires socialistes. A condition que leur date lui permette de se présenter sans que cela empiète trop sus ses fonctions au FMI. Le mandat de DSK à la tête de l'institution s'achève fin septembre 2012, et le directeur général s'est engagé à le mener à son terme.

[Lire l'article complet sur le Figaro]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Dominique Strauss Kahn par World Economic Forum via Flickr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte