France

Non, Benoît n'insiste pas, je ne voterai pas pour toi!

Laurent Sagalovitsch, mis à jour le 25.01.2017 à 15 h 50

[BLOG] On a le même âge, la même taille, les mêmes goûts musicaux, la même passion footballistique. Je devrais donc voter pour lui. Sauf que non. Explication.

Flickr/Clem-2010-10-16 - 100L4154

Flickr/Clem-2010-10-16 - 100L4154

En toute logique, j'aurais dû voter à la primaire de la gauche pour Benoît Hamon.

Musicalement, nous partageons des goûts identiques qui sont tous, cela va sans dire, frappés d'excellence, ses connaissances footballistiques n'ont presque rien à envier aux miennes et je dois être aussi grand que lui. À quelques mois près nous avons exactement le même âge. Enfin, tout comme l'auteur de ces lignes Benoît est brillant avec ce regard vif et malin dont les femmes raffolent tant.

Tout juste possède-t-il une chevelure à peine plus fournie que la mienne mais cela ne durera pas éternellement.

Bref, le bonhomme a tout pour me plaire hormis ses propositions, ce qui pour une primaire, constitue un sérieux handicap: je ne vais tout de même pas voter pour un candidat au seul motif qu'il apprécie Miossec ou Joy Division et considère le tacle glissé comme un geste d'une antique beauté.

D'abord, je n'entends rien à son histoire de revenu universel.

Je ne parle même pas de son financement, je laisse messieurs-dames les experts s'écharper entre eux sur la question, même si je nourris quelques doutes. Non, c'est le côté universel de la mesure qui me déconcerte.

Comment? Moi, l'écrivaillon sans le sou, pauvre parmi les pauvres, précaire au beau milieu des précaires, sans voiture, sans sicav, sans rien, je toucherais de l’État la même somme que Madame Bettencourt ou Thierry Ardisson? Mais pourquoi donc? Au nom de quoi? Quels besoins ont-ils donc ces gens-là de recevoir le premier de chaque mois une somme équivalente à leur dépense quotidienne en noix de cajou importées de Chine ou en friandises pour leurs perroquets persans? À tout prendre, je préférais toucher une double ration de ce revenu universel et laisser végéter dans la pauvreté Madame Bettencourt et autres Liliane de son espèce. 

Oui mais dans ces cas-là, me rétorque-t-on, ledit revenu ne sera plus universel. Et alors? Il suffit de le nommer autrement et personne n'y verra rien. Elle ne va pas tout de même porter plainte, la Liliane, pour discrimination sociale? Bref, à force, je m'y perds... avec ressources... sans ressources... jusqu'à vingt-cinq ans... par delà la mort... valable jusqu'à l'heure de la résurrection... c'est bien trop compliqué pour un ahuri comme moi, j'abandonne (mais si la mesure est votée par le parlement, je rentre demain en France par le premier avion!).

Vient ensuite l'histoire de la légalisation du cannabis, sujet sur lequel, je l'avoue bien volontiers, je n'ai pas le moindre avis. Je n'en consomme pas, je n'en ai jamais consommé et vu comme c'est parti je n'en consommerai jamais ou alors seulement pour soulager une sciatique de ma machoire inférieure. 

Ceci posé, j'émettrais toutefois une réserve: si demain n'importe quel clampin peut se fournir en cannabis, qui pourra m'assurer que je ne serai pas renversé un jour prochain par un automobiliste embrumé d'éléphants roses m'ayant confondu avec le fantôme de sa grand-tante? Que je sache, à cette heure, il n'existe sur le marché aucun appareil fiable permettant de détecter le taux de cannabis dans le sang, taux qui resterait par ailleurs à définir. J'imagine déjà les procès intentés à l’État pour complicité d’homicide involontaire...

Enfin, le recours à un 49.3 citoyen m'apparaît comme l'archétype même de la fausse-bonne mesure inapplicable dans son principe. À chaque loi votée, on trouvera toujours un nombre suffisant de mécontents prêts à demander sa révision et à la soumettre à référendum. Merci bien. Aucune envie de passer tous mes dimanches à poireauter dans le préau de mon ancienne école afin de répondre à une question aussi essentielle que: «Pensez-vous que Madame Bettencourt devrait toucher comme tous les Français un revenu universel?!!!»

Pour suivre l'actualité de ce blog, c'est par ici : Facebook-Un Juif en cavale

Laurent Sagalovitsch
Laurent Sagalovitsch (80 articles)
romancier
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte