Monde

Dans le nord du Nigéria, la malnutrition a tué presque tous les enfants de moins de 5 ans

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 25.01.2017 à 10 h 41

Repéré sur New York Times

Selon Médecins Sans Frontières, les jeunes enfants de l'État de Borno sont en train de disparaître.

Un enfant souffrant de malnutrition à l'hôpital de Maiduguri dans l'Etat de Borno au Nigéria, le 17 septembre 2016. STEFAN HEUNIS/AFP.

Un enfant souffrant de malnutrition à l'hôpital de Maiduguri dans l'Etat de Borno au Nigéria, le 17 septembre 2016. STEFAN HEUNIS/AFP.

Des agences d'aide humanitaire rapportent que dans l'État de Borno au nord-est du Nigéria, les enfants de moins de 5 ans sont en train de disparaître à cause de la malnutrition. En novembre, des représentants de Médecins sans Frontières avaient écrit dans le magazine Time que dans tous les camps de réfugiés internes qu'ils avaient visité, il n'y avait plus de jeunes enfants.

«D'habitude, il y a presque toujours des jeunes enfants dans les camps. Nous n'avons vu que des grands-frères et soeurs. Pas de bébés portés par les soeurs, ni au dos des mères», écrivaient Joanne Liu et Natalie Roberts de MSF.

Depuis 2009, les affrontements entre le groupe terroriste Boko Haram et l'armée nigériane ont forcé près de deux millions de personnes à quitter leurs logements. Ils vivent désormais dans une centaine de camps de réfugiés, et la guerre a interrompu les récoltes et les campagnes de vaccination. Les enfants malnourris étant plus vulnérables, la rougeole, la malaria et la diarrhée ont fait des ravages.

En juillet 2016, l'Unicef déclarait que 50.000 enfants de cette région étaient en danger de mort imminente pour cause de malnutrition.

Contre-accusations

Interviewée par le New York Times, Natalie Roberts, coordinatrice d'urgences pour MSF, explique que l'arrivée de l'aide alimentaire a été ralentie pendant des mois à cause de désaccords entre le gouvernement nigérian et les organisations d'aide.

En effet, en décembre le président Muhammadu Buhari a accusé les agences d'exagérer la crise humanitaire pour obtenir de l'argent, et de même, le gouverneur de l'État de Borno a récemment déclaré que des associations voulaient profiter de la crise pour s'enrichir et qu'elles devraient quitter la région.

«C'est gênant pour un État comme le Nigéria d'admettre un problème de malnutrition. Ils n'aiment pas trop ce genre d'ingérence», a expliqué Roberts.

Alors que MSF est habituellement spécialisé dans l'aide médicale, l'organisation distribue surtout de la nourriture dans cette région, mais les routes sont tellement dangereuses, avec les dangers d'attaques de Boko Haram, que les distributions se font surtout par hélicoptère.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte