Santé

Les parasols vous protègent-ils des coups de soleil?

Temps de lecture : 2 min

Umbrella on the beach / Mendhak  via flickr
Umbrella on the beach / Mendhak via flickr

A quel point l'ombre d'un parasol vous protège-t-elle des coups de soleil, et vaut-elle mieux ou moins bien qu'une protection solaire élevée? C'est la question posée par la revue médicale de dermatologie américaine, JAMA Dermatology. Réponse: utilisez les deux.

L'étude montre que pendant 3 heures et demi d'exposition au soleil, 78% des participants se trouvant à l'ombre finissaient avec des coups de soleil, contre 25% seulement des participants utilisant de la crème solaire. Mais «ni l'ombre, ni l'écran total ne pouvaient à eux seuls prévenir seuls contre les coups de soleil». La moitié des participants a été protégée par de la crème solaire (spf supérieur à 50) l'autre moitié par un parasol et parmi les 81 participants et pour toutes les parties du corps étudiées (visage, nuque, poitrine, bras et jambes), le groupe protégé par un parasol a été bien plus atteint. 32 des 41 participants du groupe protégé par un parasol a souffert d'érythèmes (ou coups de soleil) contre seulement 10 des 40 participants du groupe crème solaire.

L'article insiste: «L'ombre d'un parasol ne fournit pas à elle seule une protection suffisante pour une exposition prolongée aux rayons UV, indiquant qu'une combinaison des deux serait nécessaire pour une protection optimale».

Cette nouvelle étude confirme ce que des chercheurs et médecins répètent depuis longtemps, comme ici le professeur Jean-Luc Schmutz, chef du service de dermatologie au CHU de Nancy:

«Le rayonnement direct est arrêté par la toile, mais si celle-ci est de mauvaise qualité, avec un tissage un peu lâche, elle pourra laisser passer les UV, les rayonnements ultraviolets émis par le soleil. Par ailleurs, les rayons qui arrivent par les côtés ne sont pas bloqués par le parasol. Et on estime que le sable réfléchit 8 à 10% des UV.»

Evidemment, pour l'instant, vous souffrez surtout du froid.

Slate.fr

Newsletters

«Toxic»: l’histoire du gang des médecins français anti-drogues

«Toxic»: l’histoire du gang des médecins français anti-drogues

«Aucun d’entre nous n’est adepte des drogues. Nous sommes partisans de la réduction des risques pour les usagers et croyons que tous les toxicomanes méritent notre attention et nos soins.»

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

«C’est compliqué» est un courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou...

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

La dépression saisonnière ne se manifeste pas qu’en hiver: il n’est pas si paradoxal de broyer du noir à l’approche de la saison estivale.

Newsletters