Science & santéCulture

Kristen Stewart a sorti un article scientifique très intéressant sur l’intelligence artificielle

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 20.01.2017 à 14 h 53

Repéré sur Quartz, Arxiv.org

L'actrice a travaillé sur le sujet dans le cadre de la réalisation de son premier film.

Kristen Stewart, le 24 octobre 2016 à Hollywood. FRAZER HARRISON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Kristen Stewart, le 24 octobre 2016 à Hollywood. FRAZER HARRISON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Pour beaucoup de personnes, l'actrice Kristen Stewart est restée, à tort, Bella dans la saga Twilight. Et pourtant, depuis de nombreuses années déjà, elle a pu prouver son talent dans des films comme Sils Maria, Runaway ou The Guard ou tout récemment Personal Shopper.

Récemment, elle a étoffé sa palette en se lançant dans un projet de film un peu particulier, qu'elle a relayé dans un article scientifique co-écrit avec deux ingénieurs. Pour réaliser Come Swim, explique Quartz, l'actrice s'est aidée d'une intelligence artificielle capable de reproduire des styles artistiques pour insuffler celui de ses propres peintures à certaines scènes de son film. En clair, cette technique appelée «Neural Style Transfer» permettait ici de donner à l'image du film le style artistique d'une peinture de Stewart, comme le montrent les illustrations ci-dessous.

Mais au-delà de la pure expérience visuelle, l'actrice et les ingénieurs impliqués dans le projet avaient une toute autre idée en tête. Comme l'explique Quartz, l'objectif était «d'essayer de transformer l'algorithme pour lui permettre de transférer le sens de l'émotion qu'il y a dans la peinture».

«La peinture en elle-même évoque les pensées d'un individu dans les premiers instants de son réveil (quand il se trouve entre le rêve et la réalité), note les auteurs de l'étude. Cela influence directement le regard porté sur la la prise de vue, ce qui nous a poussé à cartographier les émotions que nous voulions évoquer dans les paramètres de l'algorithme.»

Les auteurs de la recherche n'ont malheureusement pas pu remplir un tel objectif, aussi fascinant soit-il, mais ont tout de même pu modifier légèrement l'algorithme afin qu'il puisse intégrer au mieux les influences de la peinture dans l'image de cinéma.

De plus, et c'est une satisfaction supplémentaire, le film à la fois surréaliste et abstrait a été sélectionné pour Sundance, le festival américain du film indépendant.

En attendant que le robot de Kristen Stewart réussisse à nous transmettre des émotions particulières, vous pouvez toujours vous consoler avec le projet Magenta de Google. Pas plus tard qu'en juin dernier, l'équipe de chercheurs du projet révélait la première chanson composée par leur robot. Un résultat aussi étrange que fascinant.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte