France

La terrible conception de l'amour vendue par la télé-réalité française

Emeline Amétis et Vincent Manilève, mis à jour le 20.02.2017 à 8 h 41

Pour exister, aussi bien devant que derrière les caméras, les candidats de télé-réalité se retrouvent enfermés dans un tragique et interminable ballet amoureux.

Image extraite de la quatrième saison de l'émission «Les Princes Des L'Amour» (W9).

Image extraite de la quatrième saison de l'émission «Les Princes Des L'Amour» (W9).

Ce soir d'été 2016, dans la moiteur nocturne de Palma de Majorque, alors qu'il est censé s'amuser en boîte avec ses amis, Virgil passe une mauvaise soirée. Et pour cause: il tente d'oublier son ex Hillary, et n'arrive pas à effacer Aurélie de son esprit. La jeune femme, assise à côté de lui ce soir-là, a déjà refusé ses avances, mais il ne veut pas renoncer, au contraire. À tel point qu'il se laisse convaincre par ses amis qu'elle ne peut être indifférente. Après tout, ils ont échangé un baiser quelques soirs plus tôt lors d'un jeu. Julien, qui aime jouer les entremetteurs, encourage Virgil à arracher un baiser à la jeune femme: ce dernier profite alors d'un moment de flottement pour la prendre dans ses bras et lui voler ce qu'il attend depuis si longtemps. Aurélie se débat, refuse, avant de céder et d'afficher un sourire gêné.

Le groupe éclate de rire, félicite le jeune homme, lui tape dans la main et le chambre: «C'est mon idole!». «Ne fais plus jamais ça par contre, lance Aurélie à Virgil, arrête de les écouter, parce que tu vas vraiment m'énerver pour de vrai, on va vraiment se disputer toi et moi.» Puis, elle lui demande pourquoi il a agi ainsi, alors qu'elle lui a dit «mille fois» qu'elle ne veut pas être avec lui. Le jeune homme répond, à la fois amusé et humilié, qu'il s'est «laissé monter le cerveau, comme un con» par ses camarades, et balbutie quelques excuses. Un silence s'installe dans le groupe, un malaise. Sauf que, malheureusement pour Virgil et Aurélie, l'équipe de tournage qui les entoure n'a aucune envie de changer de sujet. Les caméras n'attendaient que ça.

Les amourettes au cœur des télé-réalités

Cette scène, qui figure ce que la loi française qualifie d'agression sexuelles'est déroulée dans une télé-réalité appelée «Les Marseillais et les Ch'tis VS Le Reste Du Monde» («LMLCvsMonde»), diffusée entre août et novembre 2016 sur W9. Le principe de l'émission consiste à rassembler de nombreuses vedettes de la télé-réalité sur la TNT et à les faire s'affronter dans une multitude d'épreuves, du tir à l'arc à la dictée. Mais si le jeu représente l'excuse de cette émission, son cœur reste identique à celui que l'on retrouve dans toutes les autres télé-réalités de la TNT. «Friends trip», «Les Anges», «La Revanche des ex», «La Villa des cœurs brisés»... Toutes ces émissions fonctionnent autour d'un ressort essentiel: l'amour. Qui sort avec qui? Qui a embrassé qui? Qui a trompé qui? Qui décide de rompre avec qui? Qui va se remettre avec qui?

Cela passionne les Français: il suffit de jeter un œil sur les audiences (les aventures de «LMLCvsMonde» ont rassemblé 930.000 personnes l'année dernière) et sur les discussions suscitées sur les réseaux sociaux, où les adolescents commentent le moindre tourment amoureux de leur candidat préféré (ou détesté). 

Les commentaires bruts, parfois très violents à l'encontre de candidats et de la fragilité de leurs relations amoureuses, sont frappants:

 

«T'es belle, pour ne pas dire t'es bonne» 

Les histoires d'amour sincères, si elles sont rares, existent dans ces émissions: de nombreux couples se sont formés sur un plateau de tournage et leur relation dure. Mais la part belle est faite aux histoires d'amour surréalistes, qu'elles soient présentées comme parfaites, bancales, chaotiques ou tout simplement tristes. Dans la saison huit des «Anges» (diffusée en 2016 sur NRJ12), le personnage controversé de Ricardo est à ce titre symbolique du tourbillon amoureux qui traversait chaque jour l'émission. Alors que sa séparation avec une autre star de la télé-réalité alimente des rumeurs inquiétantes, il entame une relation tumultueuse avec la chanteuse Nehuda. Suivront des engueulades invraisemblables: quand Nehuda embrasse quelqu'un pour les besoins d'un clip musical, Ricardo enlève son tee-shirt devant une jolie fille, Nehuda demande plus d'espace, Ricardo refuse que Nehuda quitte la villa... De cette triste idylle, la chaîne cultivera une flopée de hashtags sarcastiques sur Twitter (#NehudaDoute, #RicardoPigeonné, #RicardoVénère, #CestLaGuerre) et même un «best-of» des moments les plus tendus de ce «couple chaotique». Aujourd'hui, Nehuda, enceinte, ils sont de nouveau ensembles, et leur histoire continue d'alimenter la presse people

 

S'ils ont trop souffert dans ce genre d'émissions, les candidats peuvent compter sur les coachs en relations amoureuses de «La Villa Des Cœurs Brisés» (déjà deux saisons diffusées sur NT1). On suit le parcours de Flo, qui est «infidèle», de Jazz, qui a «peur de l'abandon», ou d'Antho, qui est «trop gentil». L'émission met en avant ses «belles histoires» et se distingue du cadre hétérosexuel habituel en suivant Eddy et sa recherche de l'homme parfait. Mais difficile d'échapper aux écueils habituels. Dans un épisode récent, on voit ainsi Flo regretter qu'une prétendante ne soit pas «son style» physiquement, mais insister pour utiliser son «jeu de séducteur». «T'es belle, pour ne pas dire t'es bonne», ment-il avant d'éclater de rire et de confier, plus tard, avoir quand même envie de lui donner «une seconde chance»

Après des relations compliquées dans «Les Anges», les candidats peuvent compter sur «La Villa Des Cœurs Brisés» pour les consoler.

La chaîne s'appuie sur ces malaises amoureux pour alimenter la conversation avec les téléspectateurs. Un sondage Facebook leur demandait récemment s'il faut forcément être amoureux pour rester fidèle, comme si le respect de son conjoint ne dépendait que de l'amour qu'on lui porte. Une majorité avait alors répondu «Oui», l'amour est une condition essentielle pour être fidèle. 

Mais l'exemple le plus hallucinant actuellement se trouve sur W9, avec l'émission «Les Princes de L'Amour». Six hommes censés chercher l'amour font leur marché parmi des jeunes femmes venues, chaque semaine, pour les séduire coûte que coûte. Après quelques jours passés avec deux prétendantes, l’une reste aux côtés du «Prince», qui élimine l’autre, aussitôt remplacée par une nouvelle arrivante.

Leurs premières apparitions sont des séquences parmi les plus humiliantes, misogynes et grossophobes de la télévision. Les prétendantes descendent, tour à tour, les escaliers de la villa ibizienne sous les regards critiques des «Princes» et des autres prétendantes déjà sur place —certaines jouent le jeu en glissant une petite phrase assassine à peine présentées à leur rivale.  

Pour faire monter le suspens, et pour laisser aux téléspectateurs le loisir de juger son physique, une caméra découvre la jeune femme de bas en haut.  

Quand celles-ci ont le malheur d’afficher fièrement leurs formes généreuses ou un style hors-norme, l'équipe de tournage recueille les confessions face-caméra des «Princes» — quand ceux-ci n’ont pas déjà ouvertement formulé leurs moqueries pendant la rencontre. 

Florilège:

Adrien Laurent, candidat «séducteur» de la quatrième saison des «Princes De L'Amour» —dont la diffusion se termine début février—, tempère:

«Tu n’es pas pris au dépourvu, il y a eu d’autres saisons avant, tu sais ce qui va passer, le premier contact que l’on a est seulement physique. La production nous permet d’avoir des moments avec elles après, pour discuter», rappelle-t-il.

Avant de concéder: 

«Après, c’est vrai que ça juge un peu trop sur le physique, s’il y a une prétendante un peu plus grosse qui arrive, il y a de petites vannes qui traînent. C’est à nous de ne pas aller trop loin, et la production n’est pas contre les vannes si elles ne sont pas méchantes.»

«J'ai besoin que vous donniez tout, mais vraiment tout.»

Benoît, de l'émission «Les Princes de L'Amour», à ses prétendantes la veille d'une élimination. 

Même malaise quand vient le temps des éliminations. Lorsqu'un «Prince» apprend qu'il doit faire un choix, il tient souvent le même discours à ses candidates: il faut qu'elles osent prendre les devant si elles veulent rester dans le jeu, comme si l'essentiel du jeu amoureux dépendait du bon vouloir de la femme. On entend régulièrement des phrases telles que «Donnez-tout» (Vincent), «Va falloir passer la cinquième» (Axel), «J'espère que vous allez être à fond» (Zaven), «J'ai besoin que vous donniez tout, mais vraiment tout» (Benoît)... 

Ces émissions véhiculent ainsi, par leurs propos ou leur concept, la même idée: la femme est un objet à disposition de l'homme, qu'il peut juger et utiliser selon son bon vouloir. Un homme qui couche à droite et à gauche est un héros, une fille qui fait de même n'a aucun respect pour elle-même. Dans les émissions où l'amour est le cœur du concept, c'est souvent à la femme de séduire, de convaincre un homme qu'elle mérite son attention plus que les autres candidates. Le mâle peut alors se permettre d'embrasser une femme comme bon lui semble, de force ou par surprise (les critères juridiques de l'agression sexuelle), ou de la juger sur son physique et la critiquer si elle a le malheur de ne pas correspondre pas aux canons de beauté qu'imposent la société. Tout cela est d'autant plus préoccupant que le public qui reçoit ce message est majoritairement jeune, même s'il reste compliqué d'évaluer les effets de ce genre d'émissions.

Ce n'est en tout cas pas un hasard si le CSA a mis en garde «Les Anges» et «Les Marseillais» pour sexisme en juin 2016, expliquant notamment qu'elles «véhiculent une image dégradée des femmes».

«J’ai entendu parler de scénarios écrits à l’avance, et ça me met en colère»

Ces situations, parfois rocambolesques, parfois scandaleuses, ne doivent rien au hasard. Avant et pendant le tournage, quelque soit le type d'émission (séduction, aventures,...), les producteurs font leur maximum pour rassembler des ingrédients essentiels: les délires entre amis, les «clashs»... et les histoires d'amour. 

Les producteurs préparent le terrain en choisissant avec attention chaque candidat, via des castings organisés ou «sauvages», dans la rue, les centres commerciaux et les boîtes de nuit. Tout est fait pour créer un début d'affinité. Ceux qui sont choisis sont généralement considérés comme beaux, viennent des mêmes milieux, fréquentent les mêmes boîtes, aiment la même musique... «Les candidats ont un questionnaire à remplir avec leurs critères, que ce soit sur le physique ou le caractère, explique Christelle Garoutte, productrice artistique sur plusieurs émissions de télé-réalité, dont “La Villa Des Cœurs Brisés” et “L'Îles Des Vérités”. Si une candidate me dit qu’elle aime les grands blonds aux yeux verts, je vais essayer de lui trouver un grand blond aux yeux verts. Mais elle tombera peut-être amoureuse d’un petit brun aux yeux marrons, c’est comme dans la vie.»

Il n'est ainsi pas rare que des ex soient réunis dans les mêmes programmes. NRJ12 en a fait un concept: «La Revanche Des Ex». 

Trois ingrédients essentiels: les clashs, les amitiés délirantes... et l'amour. Sans ça, pas d'émission.

Une fois cette équipe All-Star de l'imbroglio amoureux mise en place, il faut les enfermer ensemble dans ce que la productrice Christelle Garoutte appelle un «amplificateur d'existence» et les laisser bouillir jusqu'à l'implosion. «Pour eux, c’est comme si c’était la fin du monde. [...] Vous prenez vingt personnes, de n’importe quel âge et de n’importe quelle classe sociale, et vous les mettez dans un même lieu, il se passera forcément quelque chose.» Les producteurs et les «nounous», ces personnes chargées d'accompagner les candidats quand les caméras sont éteintes, tiennent alors le rôle de confidents et de conseillers, y compris quand un rapprochement est survenu lorsque les caméras n'ont pas le droit de tourner. Un métier décortiqué dans la série américaine UnReal, créée par une ancienne productrice du «Bachelor»


«On ne les empêche en rien et on ne les force en rien en fait, tient à préciser Christelle Garoutte quand on lui évoque les soupçons de manipulation dans ce genre d'émission. J’ai entendu parler de scénarios écrits à l’avance, et ça me met en colère. On ne force pas quelqu’un à en embrasser un autre. On s’adapte à eux.» Un discours similaire à celui de Florence Fayard, directrice de l'unité télé-réalité chez Banijay Productions, à qui l'on doit notamment toutes les émissions des “Ch'tis” et “Marseillais”: «Il n'y a pas de scénario, pas d'obligation sur les histoires d'amour, au contraire. Les histoires de couples qui durent sont aussi intéressantes pour moi que les coups de foudre et les ruptures. Je n'ai aucun intérêt à agir sur le couple, j'ai tout intérêt à les laisser vivre. Si je fais bien mon job, moi je les filme et eux ils vivent.» Stéphanie Durant, personnage emblématique et historique des «Marseillais» depuis le début, nous a expliqué par téléphone considérer les chargés de productions comme des proches, des figures maternelles presque, et n'avoir jamais été «obligée à faire quoique ce soit». «Ils ne m'ont jamais fait de coups bas.»

Le regard de la journaliste Gaëlle Guitard, qui a notamment travaillé pour Télé Star et Télé Loisirs, est sensiblement différent. «La production intervient dans les histoires d'amour, de façon plus ou moins appuyée, écrit-elle par mail. Dans certaines émissions c'est carrément scénarisé et les candidats se prêtent au jeu.» Dans «L'Amour est dans le pré» en particulier, mais pas seulement, des membres de la production d'émissions tentent «d'influencer les choix des participants, sans les obliger à rien. Mais avec un peu de psychologie ils obtiennent ce qu'ils veulent des participants qui sont impressionnés par ce milieu qu'ils ne connaissent pas....»

«Il me demandait de jouer un sentiment que je n'avais pas»

Adrien Laurent est pourtant assez positif sur sa relation avec la production, peut-être parce que la position du «Prince» est la plus «facile» de ce jeu. Il nous a ainsi affirmé qu'il n'y avait pas de «directives» de la part de la production. «Après c'est vrai que des fois ils nous poussent un peu à jouer le vice, à séduire, mais je n'avais pas besoin de ça car ça faisait partie de ma personnalité.» [Mais] «t'es tellement collé 24 heures sur 24 avec les filles que des sentiments peuvent naître tout d'un coup, reconnaît-il. Cela peut vraiment te retourner le cerveau.» Et si certaines candidates ne lui plaisaient pas?

«Il y avait des prétendantes qui ne me plaisaient pas, mais tu ne peux pas les boycotter du jeu, c'est impossible, il faut que tu joues un peu le jeu. Et quand la fille pleure quand elle part, c'est que tu as joué ton rôle et que tu as été très bon. C'est un peu con et connard à dire, mais c'est un peu le but du truc, de leur faire croire que t'es de temps en temps intéressé.»

Les candidates des «Princes De L'Amour» vivent une expérience complètement différente. Quand on interroge Jessica, participante de la saison 3 aujourd'hui comédienne et chanteuse, ses souvenirs de tournage n'ont rien à voir avec ceux des «Princes». Selon elle, un membre la production a par exemple coupé la caméra car il n'aimait pas la réaction «mesurée» de Jessica lorsque son élimination se rapprochait.

«Il m'a dit “Non mais allô, on est quand même sur un tournage de télé-réalité, si tu le vis pas un peu, ça sert à rien que tu sois là, il faut savoir jouer le jeu.” J'ai trouvé ça absurde car j'étais réelle, et il me demandait de jouer un sentiment que je n'avais pas.» Jessica a fini par rejouer (et exagérer selon elle) sa réaction dans un extrait qui a été gardé dans le montage final. 

Même chose quand Jessica a dû déclarer sa flamme à son «Prince» avant la phase d'élimination. «Pour ce qu'ils appellent les “ultimate date”, c'est vachement orienté parce que la prod' va te dire de t'ouvrir alors qu'ils savent déjà que tu vas sortir et qu'ils ont pris ton billet d'avion retour.» Lors de sa déclaration finale à Geoffrey, qui ne lui plaît pas, Jessica décide de ne pas faire comme prévu. «On m'avait dit qu'il fallait que je le séduise, que rien n'était joué [à propos de son élimination, NLDR]. Ça m'a gonflé, alors j'ai eu envie de faire ce que je voulais sans en parler avant à une nounou.» Lorsque la production s'en rend compte, la situation a dérapé selon la jeune femme: «Une réalisatrice est venue m'insulter en me disant que je leur avais fait à l'envers, et qu'elle allait s'assurer qu'aucune télé n'allait vouloir de moi.» La boîte de production des «Princes De L'Amour», Studio 89, n'a pas donné de suite à notre demande d'interview. Peu après la diffusion, la jeune femme a repris les images de l'émission pour raconter sa version de l'aventure.

 

Récemment, dans une interview accordée à TV Mag, la candidate de «La Villa Des Cœurs Brisés» Anaïs a également affirmée avoir été manipulée et trahie par le montage de la production lors d'un baiser avec un autre candidat.

Il est aussi intéressant de noter que les «interviews», ces moments de confession face caméra qu'on retrouve dans toutes les émissions de télé-réalité, sont souvent tournées tard la nuit, vers quatre heures du matin, parfois après des soirées bien arrosées. Et les membres de l'équipe de tournage ont des attentes particulières: plus un sentiment est exprimé de façon simple, basique, mieux c'est.

«Les producteurs ne m’aimaient pas trop pendant les interviews, s’amuse Adrien Laurent. Je faisais des phrases trop longues, trop françaises. Ils voulaient plutôt des bouts de phrases plus punchy, des “Waoh elle était lourd, trop fraîche”, pour que le montage soit plus facile.»

Des méthodes de production qui n'étonnent pas Adrien Vives, ancien prétendant remarqué de la dixième saison de «L'Amour est dans le pré» (il a raconté son aventure dans un documentaire Arte Radio), puisqu'il a failli signer pour les «Anges» et aux «Princes de L'Amour». S'il a renoncé, c'est parce qu'il a compris que des émissions de télé-réalité comme celles-ci sont certes une mine d'or pour le portefeuille, mais surtout un terrain miné pour sa vie personnelle et professionnelle. «Si les candidats commencent à faire du Scrabble et que tu n’as plus de disputes, tu n’as plus d’émission, détaille-t-il au téléphone. Et qu’est-ce qui amène les clashs? Ce sont les jalousies, les rivalités masculines par rapport à une fille…» L'ancien candidat nous explique que l'argent est le meilleur des filtres d'amour. «En off, on leur demande de dire des choses, on leur demande d’arriver à certaines situations. Il ne faut pas oublier que ces gens sont payés, donc ils sont salariés. Donc si on te demande d’écrire “pigeon” avec un “j”, tu le fais même si tu passes pour un imbécile car tu touches de l’argent.»

Les candidats ont besoin des histoires d'amour pour survivre dans ce monde

Parfois, les techniques de productions sont visibles à l'image. Lors du récent tournage des «Marseillais South America», la production a diffusé sur Twitter un Mannequin Challenge où l'on voit Julien très proche de Liam. Julien, dont la relation avec Manon, autre candidate restée en France, était alors toujours ambigue, ne pouvait ignorer que cette vidéo allait créer des «problèmes». Il semblerait que ce Mannequin Challenge a nourri un nouveau triangle amoureux sur le tournage: certains médias ont laissé entendre que la jeune femme avait rejoint l'Amérique du Sud pour régler ses comptes avec Julien. Et leurs soucis personnels les hissent régulièrement en une de la presse people.

Capture d'écran de la vidéo du Mannequin Challenge des «Marseillais» (via W9)

Quand nous avons parlé de cette vidéo à Florence Fayard, productrice de l'émission, elle nous a affirmé qu'a aucun moment la production ou Julien n'avaient agi ainsi pour le «buzz». «On n’est pas intrusif dans leur vie privée. Ce qu'a fait Manon quand elle a découvert le Mannequin Challenge, ça n'engage qu'elle, cela n'a rien à voir avec nous, ce n'est pas quelque chose de manipulée par la production pour faire parler.» Les histoires de couples ne sont donc pas «calculées», selon la productrice.

«Les candidats ont besoin d’exister, et si tu n’as pas d’histoires de couples, tu n’as plus rien à raconter, estime pourtant Adrien Vivès. Ils ont conscience de ça.» Il n’y a qu’à voir le couple de Jessica et Nikola: les deux participants de «LMLCvsMonde» ont scénarisé chaque instant de leur relation, de l’annonce officielle de leur mise en couple — dont la production de l’émission s’est chargée, aux jalousies, disputes et réconciliations étalées sur les réseaux sociaux après le tournage…

Des amourettes alimentées et perturbées loin des plateaux de tournage. «Sans forcément que les histoires soient orchestrées, il y a déjà à la base des connivences car ils sortent entre eux, ils parlent tous entre eux [ils échangent énormement via Whatsapp, NDLR], ils se retrouvent dans les mêmes émissions, ajoute Adrien Vives. Ils font aussi les mêmes bookings [quand un candidat est payé pour être invité VIP dans des boîtes de nuit ou des soirées, NDLR] et sont logés dans les mêmes hôtels. Ceux qui font de la télé-réalité depuis cinq ou six ans, ils doivent être une vingtaine en tout, sont tous sortis les uns avec les autres à un moment donné.»

Dans trois émissions différentes, Julien reproduit le même scénario: il trompe sa copine qui débarque sur le tournage pour régler ses comptes.  

C'est ainsi qu'il faut comprendre la photo ci-dessous, où l'on voit des membres de la famille des «Marseillais» lors de leur passage en Afrique du Sud. 


Un rapide historique de chaque candidat permet de comprendre que les triangles amoureux sont innombrables et qu'ils se sont mis en place aussi bien pendant le tournage qu'en dehors. C'est pour cette raison que nous avons réalisé le montage photo ci-dessous. Et, depuis Les «Marseillais South Africa», de multiples liaisons se sont faites et défaites au gré des émissions et des soirées en boîte de nuit. 

(En rouge, nous avons signalé quelques unes des multiples aventures plus ou moins stables survenues pendant le tournage, et en bleu les relations passées entre des personnages.)

«Tant qu'on est en couple, on ne refera pas de télé.»

Adrien, l'un des «Princes de L'Amour»

Stéphanie Durant, des «Marseillais», explique que la vie amoureuse d'un couple de télé-réalité n'est effectivement pas de tout repos. «Si la personne avec qui tu es en couple fait aussi de la télé, il peut y avoir des histoires, surtout si elle fait un autre tournage en même temps. C'est difficile aussi si elle a des bookings et qu'elle rencontre des gens entreprenants. Mais au fond, les gens de la télé-réalité sont des gens normaux, tous différents, avec les mêmes histoires que tout le monde.»

Tout ce «terreau» amoureux et conflictuel, également alimenté par les passages dans le bain du YouTubeur Jeremstar, se transforme en base narrative parfaite pour les producteurs d'émissions. «Mais certains au contraire sont vaccinés par leur mise en lumière, qu'elle ait été négative ou positive, et on n'entend plus parler d'eux», note Gaëlle Guitard. Ainsi, certains ne veulent plus participer à des émissions tant qu'ils sont en couple. «Tant qu'on est en couple, on ne refera pas de la télé, dit Adrien Laurent, en couple avec l'une de ses prétendantes, Elsa. Je suis sûr à 90% que cela niquerait notre couple. Si un jour on refait une émission tous les deux, ça sera pour nous faire rompre, cela va créer des problèmes et je vais passer pour le mec qui trompe sa copine.» Sa petite amie a tenu des propos similaires lors de son passage sur la chaîne YouTube de Jeremstar: «Je ne referai plus de télé-réalité si je suis en couple je pense, parce que c’est nocif.» Stéphanie des «Marseillais» s'est installée depuis peu avec son compagnon à Londres et réfléchit à son avenir dans l'émission. «Pour l'instant je n'arrête pas les “Marseillais”,  je discute avec la production pour savoir ce qui peut me correspondre désormais. Ils savent que je suis droite, j'ai 25 ans, j'ai peut être envie d'un avenir un peu plus solide.» 

Les émissions de télé-réalité ne reculent ainsi devant aucune situation amoureuse: couples mis à l'épreuve, ex revanchard(e), triangle amoureux, drague forcée, tromperies... Jusqu'à faire des candidats des objets ou des personnages. Les productions maintiennent qu'elles ne font que filmer la réalité, la vraie vie de leurs vedettes, mais nombre de ces derniers reconnaissent que la télé-réalité n'est pas le meilleur ami du couple. Pour les producteurs de ces émissions produites à la chaîne, qu'importe si un candidat décide d'arrêter: dix autres attendent, prêts à tout pour toucher du doigt leurs rêves de célébrité, bien loin de la réalité de leur quotidien. Et tant pis s'il faut se forcer à draguer, à se laisser draguer, à mentir, à pleurer ou à tromper. Dans l'iréel monde de la télé-réalité, il y aura toujours un chagrin à filmer. 

Emeline Amétis
Emeline Amétis (62 articles)
Vincent Manilève
Vincent Manilève (351 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte