Tech & internet

Est-il (encore) possible de communiquer sans emoji ?

Repéré par Xavier Ridel, mis à jour le 18.01.2017 à 18 h 09

Repéré sur CNN

Ils sont de plus en plus intégrés à toutes nos communications. À raison.

What's on your mind? | Pietro Zanarini via Flickr CC License by

What's on your mind? | Pietro Zanarini via Flickr CC License by

Des psychologues affirment que plus nos interactions se numérisent, plus notre usage des emojis tend à imiter nos gestes et nos expressions faciales. Dans un article paru sur le site de CNN, Linda Kaye, professeure de psychologie, affirme:

«Lorsqu’il y a des emojis, différentes régions du cerveau se mettent en marche, alors qu’elles ne bougent pas s’il n’y a que du texte. Nous avons observé des réactions neurologiques qui impliquent que la fonction des smileys n’est pas verbale.»

Emoji les plus répandus, selon CNN.

Ainsi, un emoji peut totalement changer le sens d’une phrase. Pour reprendre l’exemple de CNN, si un de vos amis vous envoie le message suivant: «Je me suis cogné la tête contre le placard» en le faisant suivre d’un emoji «tears of joy», vous comprendrez tout de suite qu’il n’y a rien de grave et que votre interlocuteur rigole de sa mésaventure. En revanche, si le message est accompagné d’un visage triste, votre réaction ne sera pas la même.

Capture d'écran tirée du site de CNN

Les emojis sont devenus si incontournables qu'on pourrait en tirer des statistiques sur l’humeur de la population mondiale en temps réel. Et ce, notamment grâce à l’outil EmojiTracker, qui recense tous les emojis utilisés sur Twitter (avec 5 smileys amoureux dans le top 10 à l'heure où j'écris cet article, l’humeur de l’humanité semble être au beau fixe, par exemple). 

Révélateurs de notre personnalité?

Ce que ces petits bonhommes, souriants ou non, disent de nous ne s'arrête pas au monde virtuel. Ils sont également le reflet de notre personnalité. Ceux qui les utilisent beaucoup seraient, d’après une étude de Linda Kaye, plus agréables que la moyenne des gens dans la vraie vie. À l’instar de ceux qui utilisent des expressions faciales ou font des gestes en parlant, d’ailleurs.

«Il est certain qu’ils font probablement partie des gens qui, dans le monde réel, sourient le plus aux autres.»

Utiliser des emojis vous rendrait plus accessible aux yeux d’autrui. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les célibataires américains semblent bien ne plus pouvoir s’en passer, sous peine de ne jamais se marier. Vyvyan Evans, professeure de linguistique, affirme ainsi qu’il n'est plus possible de les snober aujourd’hui:

 «Quelqu’un qui ne les utilise pas n’est pas un bon communicant, et il n’arrivera pas à susciter une réponse émotionnelle.»

:)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte