Monde / Culture

Pour protester contre Trump, des universitaires organisent des lectures de Michel Foucault

Temps de lecture : 2 min

Le jour de l'investiture de Trump, des professeurs d'anthropologie liront ensemble du Foucault partout aux États-Unis.

Des militants préparent des pancartes de manifestation pour l'investiture de Donald Trump, le 11 janvier 2016 à Washington. AARON P. BERNSTEIN/AFP.
Des militants préparent des pancartes de manifestation pour l'investiture de Donald Trump, le 11 janvier 2016 à Washington. AARON P. BERNSTEIN/AFP.

Pendant que Donald Trump sera investi président le vendredi 20 janvier à Washington, des professeurs de sciences humaines protesteront en lisant des cours du philosophe Michel Foucault à travers les États-Unis.

Ce sont deux anthropologues de Barnard et Columbia University qui ont annoncé le projet sur un blog: l'idée est de lire et discuter du 11e chapitre de «Il faut défendre la société», un cours de mars 1976 qui évoque, entre autres, le bio-pouvoir, le racisme et le nazisme. Le 20 janvier entre 10 heures et 22 heures, des universitaires et étudiants sont donc invités à partager leurs réflexions foucaldiennes sur les réseaux sociaux avec le hashtag #ReadIn. Au moins quatre universités accueilleront des discussions sur le sujet, et l'événement est soutenu par plusieurs revues d'anthropologie.

Interrogés par le journal Inside Higher Ed, Paige West et JC Salyer expliquent que ce cours est utile pour «analyser l'inégalité et la violence dans l'État nation moderne», notamment car Foucault y réfléchit à la façon dont le pouvoir moderne utilise le racisme pour diviser la population.

«Enseigne! Résiste! Organise!»

D'autres formes de protestations ont été organisées par des universitaires avant l'investiture. Dans une vingtaine de facs américaines, le 18 janvier sera un jour de résistance intitulé «Teach! Resist! Organize!» (soit «Enseigne! Résiste! Organise!»). Au lieu des cours normaux, les professeurs sont invités à parler de la situation politique aux États-Unis.

«Transformez vos salles de classe et vos espaces communs en lieux d'éducation contre les politiques de violence, d'exclusion, de ségrégation et d'isolationnisme», explique le site de l'initiative.

Déjà le lundi 15 janvier, des centaines d'écrivains et d'artistes avaient manifesté dans quatre-vingt dix villes américaines dans le cadre de l'événement «Writers Resist», soit «Écrivains en résistance». Certaines pancartes de manif sont déjà devenues célèbres, comme cet ingénieux hommage à René Magritte:

Ou encore cette citation de l'écrivain James Baldwin, toujours d'actualité:

«L'ignorance alliée au pouvoir est l'ennemi le plus féroce que la justice puisse avoir.»

Newsletters

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

La médecine cubaine est aujourd'hui appelée à la fois à protéger la population de l'île face au Covid-19 et à aider divers pays étrangers, dont l'Italie et la France.

Migration: quand le stigmate change de camp

Migration: quand le stigmate change de camp

Le cas des Européen·nes bloqué·es ou expulsé·es de pays étrangers nous invite à réfléchir au sens profond de la liberté de circulation.

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Avec près de 40.000 personnes par kilomètre carré, la propagation du virus serait un désastre.

Newsletters