Science & santé

Jusqu'à quelle température négative peut-on continuer à faire son footing?

Camille Belsoeur, mis à jour le 17.01.2017 à 16 h 59

Une vague de grand froid touche l'ensemble de la France à partir du 17 janvier.

Oskar running in the snow | Tambako The Jaguar via Flickr CC License by

Oskar running in the snow | Tambako The Jaguar via Flickr CC License by

L'hiver n'est pas clément pour les coureurs. Après les pics de pollution du mois de décembre dans plusieurs grandes agglomérations, dont Paris et Lyon, mais aussi dans certaines vallées de montagne, c'est une vague de froid intense qui s'abat sur la France en ce mois de janvier. Les températures descendront, par exemple  jusqu'à -10 degrés en Alsace mercredi 18 janvier. Dans ces conditions, est-il bien raisonnable de pousser la porte de la maison pour faire son footing et continuer le programme d'austérité des graisses entamé après les fêtes de la fin d'année? 

«Si je fais des efforts physiques en plein air, je risque d’aggraver d’éventuels problèmes cardio-vasculaires», explique le ministère de la Santé dans ses conseils en cas de grand froid, sans préciser à quelle température il peut être dangereux d'aller s'entraîner pour une séance de sport intense en extérieur. 

Pour le docteur Jean-Baptiste Grisoli, ancien médecin de l'équipe de France de rugby, quand le termomètre indique -10 degrés, il s'agit de «la barrière à laquelle on déconseille de faire du sport de manière trop intense en extérieur».

Il poursuit: 

«Le problème du froid intense est qu'il va augmenter votre rythme cardiaque pour un même effort. Une température très basse va aussi vous irriter les voies respiratoires, c'est pour cela qu'on crache des glaires par exemple quand on court par temps très froid. Les bronches vont aussi réduire leur calibre pour se réchauffer, ce qui présente un risque respiratoire, notamment pour les asthmatiques.» 

N'allez pas trop vite

Le froid provoque également une vasoconstriction des artères, ce qui a pour conséquence une baisse du flux sanguin et du transport de l'oxygène vers les organes vitaux dont le cœur et le cerveau. Cette moindre oxygénation du muscle cardiaque peut donc provoquer des incidents cardiaques graves chez les personnes à risque. 

«Mais il n'y a pas de contre-indication pour un sportif bien entraîné lorsque la température est de -3 ou -4 degrés, dit le docteur Dominique Savelli, médecin du sport à Paris. Il faut simplement prendre soin de bien s'échauffer, car les muscles sont plus longs à chauffer, et de bien s'hydrater. On transpire en effet plus quand on porte plusieurs couches de vêtements lorsqu'il fait très froid.» 

Plus votre allure sera rapide lors de votre footing et plus la température ressentie sera encore inférieure à la valeur affichée par le thermomètre, du fait de la vitesse de déplacement du coureur, une dizaine de km/h, à laquelle s'ajoute le vent.

Ils sont fous ces Scandinaves

Mais le froid est aussi vécu différemment selon la latitude. En Suède, les recommandations ne seront pas les mêmes pour les accros à la course à pied.

«En Europe de l'Ouest, on dit que -10 degrés est une limite pour la pratique intense du sport en extérieur, mais en Scandinavie ils vont plutôt juger que jusqu'à -20 degrés, c'est possible. Cela tient au fait que le froid y est généralement plus sec que chez nous l'hiver, donc plus supportable, mais aussi qu'ils sont plus adaptés à ces températures», note le docteur Jean-Baptiste Grisoli.

On vous conseille cependant d'attendre le printemps si vous voulez vraiment faire un week-end footing à Stockholm. 

Camille Belsoeur
Camille Belsoeur (133 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte