Monde

L'extrême droite autrichienne appelle à une interdiction de «l'islam fasciste»

Temps de lecture : 2 min

Le parti était passé près de la victoire lors de la présidentielle, il y a quelques mois.

Heinz-Christian Strache, le président du FPO, lors de la convention de son parti, le 14 janvier 2017, à Salzbourg, en Autriche. BARBARA GINDL / APA / AFP
Heinz-Christian Strache, le président du FPO, lors de la convention de son parti, le 14 janvier 2017, à Salzbourg, en Autriche. BARBARA GINDL / APA / AFP

Le parti de la liberté d'Autriche n'est pas passé loin de la présidence autrichienne en mai, puis en décembre dernier. Son candidat Norbert Hofer avait été battu de quelques milliers de voix en mai dernier, avant de s'incliner plus nettement, après un second tour annulé, il y a un peu plus d'un mois (54%-46%).

Aujourd'hui, c'est le président du parti d'extrême droite, Heinz Christian Strache, qui fait parler de lui. Samedi 14 janvier, il a appelé à la création d'une loi «pour l'interdiction de “l'islam fasciste” et de symboles musulmans, comparable à celle déjà existante sur les symboles nazis, expliquant que l'islam pouvait effacer la société européenne», indique l'agence de presse Reuters, qui précise qu'un porte-parole du parti a indiqué que «toute loi contre les éléments extrêmes de l'islam devrait être similaire à la loi autrichienne, introduite après la Seconde Guerre mondiale, et interdisant le parti nazi et les symboles nazis».

«L'Autriche a besoin d'une “loi qui interdit l'islam fasciste, a dit Heinz Christian Strache à quelques milliers de soutiens lors de la convention du nouvel an du parti, à Salzbourg. Mettons fin à cette politique d'islamisation... autrement, nous Autrichiens, nous Européens, en arriverons à une fin abrupte.»

L'Autriche prévoit d'accueillir un maximum 37.500 demandeurs d'asyle, depuis 2016, mais le président du parti d'extrême droite ne veut d'aucune immigration.

De son côté, le Washington Post rappelle que 600.000 musulmans vivent actuellement en Autriche et qu'ils font face à des détracteurs de plus en plus bruyants.

«Récemment, un cardinal autrichien a demandé lors d'un discours: “Y aura-t-il un conquête islamique de l'Europe? De nombreux musulmans le souhaitent et disent: l'Europe arrive à sa fin.” En décembre, un syndicat de droite a suggéré que les musulmans ne reçoivent pas de bonus à Noël, car “ils sont contre toutes les traditions chrétiennes”.»

Et c'est loin d'être la première fois que le parti d'extrême droite s'en prend à l'islam. Reuters rappelle qu'il appelle depuis longtemps à une interdiction du voile.

Difficile dans ces conditions pour les musulmans de se sentir acceptés, continue le quotidien américain, qui souligne qu'une «récente étude de jeunes musulmans vivant à Vienne indique que beaucoup de ne sentent pas reconnus comme Autrichiens, ce qui augmente les risques de radicalisation».

Newsletters

Le président Macron veut lutter contre les ingérences de la Turquie en France

Le président Macron veut lutter contre les ingérences de la Turquie en France

Inquiétude à propos des «écoles turques» hors contrat, existantes ou en projet, sur lesquelles la République n'a pas de contrôle.

Une élue américaine propose d'obliger les hommes à subir une vasectomie

Une élue américaine propose d'obliger les hommes à subir une vasectomie

Avec son projet de loi, la Démocrate Rolanda Hollis entend dénoncer la législation interdisant l'avortement en Alabama.

Le Royaume-Uni a lui aussi droit à sa polémique sur la robe d'une députée

Le Royaume-Uni a lui aussi droit à sa polémique sur la robe d'une députée

Apparemment, certains ne supportent pas la vue d'une simple épaule dénudée.

Newsletters