France

Emmanuel Macron, le signe que nous approchons du stade terminal de la crise de régime

Gaël Brustier, mis à jour le 21.01.2017 à 17 h 47

Pour comprendre le candidat «En Marche», représentant d'une volonté d’adaptation de la France au nouveau capitalisme de la part du groupe social le plus privilégié, il faut faire un détour par le populisme.

Emmanuel Macron en meeting à Quimper, le 16 janvier 2017 | FRED TANNEAU / AFP.

Emmanuel Macron en meeting à Quimper, le 16 janvier 2017 | FRED TANNEAU / AFP.

Depuis la crise financière de 2007-2008, aucun récit légitimateur n’est venu au secours de l’évolution du capitalisme. L’inadéquation entre ce qu’il devient et l’imaginaire d’un nombre croissant de nos concitoyens est à la source de ce qui se définit comme une crise organique: consubstantielles à cette dernière, la crise rampante de la Ve République et celle de la social-démocratie ont sécrété le phénomène Emmanuel Macron, ultime tentative de susciter le consentement d’une société marquée par une double défiance, à l’égard de ses élites et envers le consensus portant les solutions économiques adoptées au sein de l’UE.

La «Révolution» d’Emmanuel Macron en est bien une mais une «révolution passive», celle qui vise à faire surmonter au capitalisme ses propres difficultés et à faire adhérer des groupes sociaux aux intérêts matériels divergents à une même vision de l’avenir. Le candidat «En Marche» apparaît comme l’authentique intellectuel organique d’une France connectée à la globalisation, optimiste face à la mondialisation et à l’évolution du capitalisme.

Une France minoritaire

La France que représente à l’origine Emmanuel Macron est minoritaire, et elle le sait. Fort du potentiel restreint des 6% d’électeurs sociaux-libéraux, le candidat n’a donc cessé de multiplier les gestes visant à élargir cette base, en subvertissant le clivage gauche-droite et en adoptant une posture anti-système, contrepied total de ce qui fait son identité politique personnelle mais seule clé de son succès politique. Oscillant entre promotion du nouveau capitalisme et adhésion à l’idéologie du «rassemblement national», Macron tente ainsi de rassembler suffisamment d’électeurs aux aspirations variées autour de l’idée de changement et de rupture avec le système politique actuel.

Cette stratégie discursive peut lui assurer un nombre suffisant d’électeurs désireux de rompre avec le duopole PS-LR, même si elle est fragile. Son électorat apparaît en effet comme un syncrétisme, pas encore comme une synthèse. L’ancien ministre de l’Économie, scribe appliqué de la commission Attali, chantre de la modernisation de notre pays, bénéficie en tir croisé d’un investissement politique des élites sur sa personne et d’un fort sentiment de défiance d’un nombre important de nos concitoyens à l’égard des institutions et des partis.

«Capitalisme californien»

Dans une élection à deux tours, où le FN est considéré comme déjà présent au second (peut-être à tort), la qualification au second tour vaut quasiment élection. Reste qu’il ne s’agit pas d’un jeu électoral lié à une simple ambition personnelle: Emmanuel Macron a une fonction et est chargé d’une mission.

Sa mission est de développer un récit qui fasse adhérer les Français au projet d’adaptation de notre pays au nouveau capitalisme. Ce récit développé par l’ancien ministre de l’Économie mêle dénonciation des «blocages» et optimisme devant les opportunités que procurerait un libéralisme total, à la fois social ou sociétal et économique (Macron sait qu’on ne dirige pas une société seulement par l’état d’urgence et la coercition et, en plusieurs occasions, a suggéré une divergence d’appréciation sur ce point avec l’exercice gouvernemental de Manuel Valls). Ce libéralisme peine néanmoins à dire son nom dans un pays historiquement rétif à ces thèses et, comme toujours en France, est porté par des hauts fonctionnaires adeptes du marché. Pour la première fois, les élites techniciennes du Parti socialiste, acquises historiquement depuis les années 80 à la mondialisation néolibérale, se présentent devant les électeurs: voilà un acquis important pour le débat démocratique.

Il y a bien, avec la candidature Macron, une claire volonté de la France privilégiée, celle que le Cevipof a identifiée, de (re)devenir un groupe social dirigeant dans le pays. Le candidat cherche à susciter le consentement des Français à une entreprise d’adaptation à ce que l’on peut définir, à l’instar du journaliste économique Jean-Michel Quatrepoint, comme le «capitalisme californien», fait de glorification de l’individualisme et de capitalisme numérique type GAFA. Cela suppose une prise de distance avec ceux qui sont identifiés comme les responsables de la situation de notre pays: les dirigeants des partis politiques de la Ve République. «En marche!» est un peu le Nuit Debout des traders, ce qui suppose de passer par des alliances avec d’autres groupes sociaux plus nombreux en voix dans les urnes (chez les seniors, désormais à l’abris des vicissitudes du monde du travail, ou chez les cadres et professions libérales, dans une France qui, sans être privilégiée, ne s’estime pas victime de la plongée du pays dans la globalisation et l’intégration européenne).

Son combat ne se situe ainsi désormais plus au niveau de la compétence économique ou des «propositions» mais à celui de l’unification d’aspirations contradictoires et diffuses dans la société. Il se situe au niveau de la superstructure et de la quête d’une nouvelle hégémonie culturelle, qui passe par la contestation des élites du pouvoir par… ces mêmes élites. En témoignent les ralliements de personnalités appartenant au «cercle de la raison» (de Jean Pisani-Ferry à Jean-Marie Cavada, pour les exemples les plus récents).

Le candidat de la «crise de régime»

Emmanuel Macron est ainsi le candidat de la «crise de régime». La défiance d’un nombre important de groupes sociaux (La Manif pour tous comme Nuit Debout en sont des démonstrations éclatantes) à l’égard du régime politique de la Ve République est la preuve d’une crise politique rampante qui frappe notre pays, crise que François Hollande n’a pas su affronter. Le destin de la présidence Hollande ne s’explique vraiment que si l’on prend en compte cette dimension déterminante qui fait de la vision du monde et de la société la clé du destin politique du pays.

L’expérience Macron suppose donc la réussite du transformisme qu’il porte: il s’agit de convertir des groupes sociaux à un gigantesque plan de sauvetage idéologique à la fois de la Ve République, de son mariage avec l’intégration européenne et du capitalisme à la sauce californienne. Cela n’a rien d’aisé mais peut assurer une qualification au second tour de la présidentielle, d’autant que la droite semble offrir quelques opportunités à sa candidature.

L’élection à deux tours implique un certain degré de tactique politique pour agglomérer suffisamment d’électeurs pour se qualifier au second tour. Dans cette perspective, il s’agit de ne pas mésestimer les quelques handicaps de la candidature Fillon, qui ne parvient pas à résoudre la lente crise existentielle de la droite française et la coupe de l’électorat populaire, peu acquis au néolibéralisme de l’ancien Premier ministre. La «droite d’après» n’étant pas née, celle de la Ve République semble agoniser sous nos yeux: c’est une chance de reprise au rabais d’un créneau laissé vacant, celui du centre-droit libéral et européen.

L’effet de la primaire de droite a en effet été de propulser un candidat incarnant à merveille la «droite de masse», celle qui défila pour «l’école libre» en 1984 et contre le «mariage pour tous» en 2013, une droite qui n’est pas frontiste, au sein de laquelle les catholiques conservateurs sont très actifs mais qui peut peiner, par l’intransigeance de son candidat, à susciter l’adhésion d’autres segments de la droite française et donc plonger dans les difficultés. Il existe donc un centre-droit libéral pour lequel la ligne de François Fillon apparaît trop dur.

Intellectuel organique du nouveau capitalisme

Le cas Macron n’est pas isolé: en Europe apparaissent d'autres mouvements qui allient adhésion au libéralisme et contestation des régimes politiques en place. Il existe ainsi des exemples proches de celui incarné par Emmanuel Macron et qui répondent à la même fonction. Ciudanados, en Espagne, est apparu comme une forme de «Podemos de droite», dont la fonction était de renouveler un récit d’adhésion au libéralisme. En Autriche, la percée du NEOS, petit parti contestataire et social-libéral, n’est pas sans rappeler la ligne politique d’Emmanuel Macron. Enfin, la tentative récente –et avortée– d’alliance de Beppe Grillo avec le groupe libéral du Parlement européen témoigne tant d’une volonté du M5S de se rendre acceptable aux yeux des élites économiques italiennes que d’une réflexion libérale sur le positionnement de cette famille dans un contexte de crise de régime qui touche l’Union européenne.

Pour survivre à la crise, le libéralisme est tenté par l’adoption d’une contestation de façade des régimes qui lui ont permis de s’installer. En cherchant à agglomérer autour de sa candidature et de son discours «contestataire» des groupes sociaux aux aspirations différentes, Emmanuel Macron annonce en fait que nous approchons du stade terminal de la crise de régime de la Ve République et de l’Union européenne.

Gaël Brustier
Gaël Brustier (74 articles)
Chercheur en science politique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte