Culture

Des images inédites du tournage de la scène de la plus célèbre de Marilyn Monroe ont été découvertes

Temps de lecture : 2 min

Révélées aujourd’hui par le New York Times, elles montrent une scène sous un angle bien différent.

Image extraite du film «Sept ans de réflexion», de Billy Wilder.
Image extraite du film «Sept ans de réflexion», de Billy Wilder.

Vous connaissez forcément cette scène, devenue légendaire dans l’histoire du cinéma. Dans Sept ans de réflexion, Marilyn Monroe marche une rue de New-York avec Tom Ewell lorsque le métro passe sous leurs pieds et le vent fait s’envoler sa robe blanche.


Aujourd’hui, grâce à des images inédites livrées par le New York Times, la scène prend un sens très différent. Le 15 septembre 1954, Marilyn Monroe débarque à Manhattan pour tourner des scènes de son prochain film, Sept ans de réflexion. Le réalisateur Billy Wilder a prévenu journalistes et anonymes de l’arrivée de la star pour faire parler de son film. Quand Marilyn Monroe arrive, une foule l’attend et de nombreux hommes vont passer des heures à lui demander de soulever sa robe un peu plus haut. Le mari de l’actrice, le très jaloux Joe DiMaggio, est aussi venu, par surprise. En colère face à la scène, il frappera sa femme lors de leur retour à l’hôtel. Quelques jours plus tard, Marilyn Monroe demandera le divorce et Billy Wilder sera obligé de retourner la scène dans les studios de la 20th Century Fox. Malgré les photos qui feront le tour du monde, personne ne verra les images de la première scène tournée à Manhattan. «Les images ont immédiatement disparu, a expliqué le réalisateur dans une biographie. Mais je suis sûr qu’un jour un universitaire va les déterrer.»

Personne n’a encore déterré ces images, mais Jules Schulback, un New-yorkais qui adore prendre des vidéos avec sa caméra, a pu en avoir un aperçu fascinant. Le jour en question, il filme l’actrice et la scène, parfois aussi près que Billy Wilder, qui apparaît parfois dans le champ de l’image. Sa famille entendra longtemps parler de cette histoire, mais ce n’est qu’en 2004 que ses petits-enfants retrouvent la fameuse pellicule. Le New York Times en a publié un montage d’à peine douze secondes, mais les images dans leur ensemble permettent d’en savoir plus sur la fameuse scène et ce qu’il aurait pu en être dans le montage final. On voit Marilyn Monroe discuter avec son partenaire, tenter plusieurs fois lors du tournage de contrôler sa robe. Le journa raconte, qu'à un moment plus délicat, «la robe se soulève à nouveau, mais elle [Marilyn Monroe] ne la repousse pas cette fois et se retrouve avec la robe sur la tête, révélant clairement deux paires de sous-vêtements qui, à cause de la lumière éblouissante, ne protège pas la pudeur de Madame Monroe autant qu’elle aurait aimé.»

D’autres images la montrent en dehors du tournage, en train de sourire à son public ou en train de sécher ses cheveux. Des détails pouvant paraître insignifiants mais qui, étant donné la valeur cinématographique de la scène, permettent de mieux comprendre l’histoire qui se cache derrière la pellicule.

Slate.fr

Newsletters

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Newsletters