Sciences

L'urbanisation pousse des oiseaux au divorce

Temps de lecture : 2 min

Et certaines espèces peuvent perdre quasiment la moitié de leur vie fertile dans la manœuvre.

 Troglodyte en mal d'amour | wanderinggrrl via Flickr CC License by
 Troglodyte en mal d'amour | wanderinggrrl via Flickr CC License by

En banlieue, il n'y a pas que les couples humains qui se désespèrent. Selon une étude menée par cinq chercheurs en sciences de l'environnement de l'université de Washington, l'urbanisation pousse certains oiseaux au divorce et altère très sérieusement leur succès reproductif, vu qu'après leur déménagement, ils ont souvent bien du mal du monde à retrouver de nouveaux partenaires.

«Pour ces oiseaux, le développement des banlieues a un coût caché», explique John Marzluff, l'auteur principal de l'article synthétisant une dizaine d'années d'observations. «Nous les forçons à faire ce que la sélection naturelle n'aurait pas voulu pour eux».

L'addition est particulièrement salée pour les oiseaux chanteurs les plus farouches, à l'instar du troglodyte pacificus et de la grive à dos olive. Lorsque que les forêts qui constituent leur habitat sont transformées en immeubles et en lotissements, ces oiseaux majoritairement monogames doivent aller voir plus loin si le calme y est, en abandonnant au passage partenaire, nid et chances reproductives. Ce qui peut se révéler catastrophique pour certaines espèces, qui peuvent gâcher près de la moitié de leur vie fertile dans la manœuvre.

«Avec l'urbanisation, ces oiseaux s'en vont», ajoute Marzluff, «nous les obligeons à abandonner des endroits qu'ils avaient choisis pour aller autre part, ce qui les empêche souvent de retrouver un nouveau partenaire».

Une démarche qui aurait été totalement superflue s'ils avaient pu rester tranquillement chez eux.

Newsletters

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Les symptômes persistants forcent certains travailleurs à trouver des solutions par eux-mêmes pour conserver leur emploi, quand ils ne sont pas tout simplement contraints de le quitter.

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

[L'Explication #60] Elles ont une fâcheuse tendance à faire du lèche-vitrine.

Notre statut socio-économique affecte directement la structure de notre cerveau

Notre statut socio-économique affecte directement la structure de notre cerveau

Une nouvelle étude de neurosciences montre des corrélations entre notre position sociale et le volume relatif de matière grise qu'on possède.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio