Culture

Mais où est passé ce journaliste américain disparu dans les montagnes du Colorado en 1988?

Elise Costa, mis à jour le 12.01.2017 à 16 h 13

Le Bureau des Affaires non résolues du Colorado écrit sur son site Internet: «Keith Reinhard, 50 ans, fut pendant 22 ans journaliste sportif pour le (Chicago) Daily Herald (…) Keith Reinhard a pris un congé de 90 jours pour travailler, écrire et se ressourcer à Silver Plume, une ville du Colorado située à 70 miles à l’est de Denver. Il a disparu le 7 août 1988.»

Silver Plume, CO | IrishFireside via Flickr CC License by

Silver Plume, CO | IrishFireside via Flickr CC License by

Silver Plume est un bourg de moins de 200 habitants considéré aujourd’hui comme une semi-ville fantôme. Fondée en 1864 par des chercheurs d’or venus avec leur famille, la ville vit sa population décroître à mesure que l’or devenait la seule monnaie de référence. Car à Silver Plume, il n’y avait pas de mines d’or. Les orpailleurs, découvrant à leur arrivée que le coin regorgeait en réalité de mines d’argent, étaient devenus des «argentpailleurs». Cela leur convenait bien: à l’époque, les deux métaux se vendaient aussi bien l’un que l’autre. Après la «panique de 1893», l’argent fut dévalué. Et Silver Plume déserté. Un siècle plus tard, la situation n’a pas changé. Seuls les sublimes montagnes, l’air raffiné et le ciel uni du Colorado sont restés. Un trésor qui appâte Keith Reinhard.

A l’aube de sa cinquantaine, le journaliste sportif quitte femme et enfants pour s’installer à Silver Plume. C’est son ami Ted Parker, qui y vit, qui le convainc de s’essayer aux Rocky Mountains. Si ça lui plaît, il pourrait y revenir avec sa famille, tenter l’expérience d’une existence au vert. Keith Reinhard décide de louer un petit fond de commerce jouxtant l’église sur la rue principale pour y vendre des antiquités et des cartes postales. Nous sommes à l’été 1988. C’est la haute saison, mais les touristes ne se bousculent pas à Silver Plume. L’affaire ne décolle pas. Et puis il y a ce foutu syndrome de la page blanche. Son manuscrit n’avance pas. «J’aime ces montagnes. Je voudrais y vivre avant d’y mourir. Si ça ne tenait qu’à moi, je doute que je retournerais un jour dans le Midwest.», écrit-il. Reinhard est un gars solide et optimiste, mais il doit se rendre à l’évidence: son projet ne se déroule pas comme il l’avait espéré. C’est alors qu’il fait une étrange découverte.

Une obsession

Avant de devenir une boutique d’antiquités, son magasin était une librairie. La librairie était tenue par un certain Thomas Young. Un jour, Thomas Young a quitté son travail et est parti avec son chien. Il n’est jamais revenu. Parce qu’il avait fait part à ses amis de son envie de partir en Europe pour les vacances, trois semaines se sont écoulées avant que quelqu’un ne s’inquiète de sa disparition. C’est arrivé à l’été 1987, un an avant l’installation de Keith Reinhard. Malgré des recherches intensives, personne ne sait ce qui est arrivé à Tom Young. Une seule chose dont les habitants de Silver Plume sont sûrs: l’homme adorait son chien.

Keith Reinhard devient obsédé par l’affaire. Il interroge les habitants, marche sur les traces de l’ancien libraire et gribouille des notes à toute heure du jour et de la nuit. L’inspiration revigore ses articulations. Il va écrire un roman de docu-fiction, où le personnage principal, Guy Gypsum, sera un mélange entre Tom Young et lui-même. Tandis qu’il enquête sur la disparition, des chasseurs tombent, dans une forêt à une heure de route de Silver Plume, sur un squelette. A ses côtés, un sac-à-dos, un squelette de chien, et un revolver. Nous sommes alors le 31 juillet 1988. Tom Young et son chien ont tous les deux le crâne perforé d’une balle. La police conclue à un suicide. Les habitants de Silver Plume ont du mal à croire que Young ait pu tirer sur son chien. Aucune analyse balistique n’est réalisée. Reinhard est de plus en plus obsédé par Young. Le 7 août 1988, à 17h, soit onze mois jour pour jour après la volatilisation de sa muse, l’écrivain part, les mains dans les poches, en randonnée. Il informe ses copains qu’il file en haut du mont Pendleton. Une marche dont la durée, Reinhard le sait, est d’au moins six heures. Ted Parker pense qu’il plaisante. Son ami n’a pas de pull, pas de sac-à-dos, pas de vivre. Comment imaginer une seconde qu’il est sérieux?

Une autre disparition

A 22 heures ce soir-là, quand il ne le voit pas réapparaître, Parker comprend que Reinhard est vraiment parti. Dès le lendemain matin, branlebas de combat dans les Rocky Mountains: il faut retrouver l’écrivain. Peut-être est-il tombé, peut-être est-il blessé quelque part. Les secouristes alpins du Colorado cherchent dans les moindres recoins. En 30 ans d’exercice, ils ont toujours fini par retrouver la personne disparue. Le 14 août, un petit avion envoyé sur les hauteurs de Silver Plume s’écrase sur les rochers, tuant son pilote et blessant gravement le copilote. Les autorités décident de cesser les recherches. Plus personne n’aura de nouvelle de Keith Reinhard. Selon certains sites, l’homme aurait rencontré à une soirée la veille de sa disparition une femme du nom de «Greta» ou «Gretchen». A ce jour, aucune piste n’a abouti.

En 2017, un documentaire sur Keith Reinhard intitulé Dark Side of the Mountain devrait voir le jour.

Quelques temps après sa disparition, l’ordinateur du journaliste fut fouillé. La dernière phrase de son manuscrit en cours était: «Guy Gypsum enfila des chaussures de randonnée et passa une chemise en flanelle épaisse. Tout était clair pour lui à présent (…). Guy ferma la porte, puis se dirigea vers les forêts luxuriantes et sans ombre du Colorado.»

Elise Costa
Elise Costa (80 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte