Suppression de l'histoire-géo en terminale scientifique

Slate.fr, mis à jour le 23.11.2009 à 15 h 53

Luc Chatel en visite au lycée Fénelon de Cambrai, Reuters/Pascal Rossignol

Luc Chatel en visite au lycée Fénelon de Cambrai, Reuters/Pascal Rossignol

Après son tour de France pour présenter les grandes lignes de la réforme de l'enseignement, Luc Chatel a profité du salon de l'Education à Paris le 19 novembre pour dévoiler le reste de la réforme de la refonte des programmes de seconde, première et terminale. Mais un élément serait peut-être passé inaperçu sans le lancement d'une pétition sur l'Atelier des Icônes: la suppression de l'histoire-géographie en terminale scientifique. Il est prévu que cette matière ne sera plus obligatoire mais seulement optionnelle.

En ligne depuis ce matin, la pétition est accompagnée d'un long texte explicatif de l'économiste Jacques Sapir. Il insiste sur l'incohérence de cette décision en plein débat sur l'identité nationale: «Elle survient au moment même où, de la commémoration de l'anniversaire de la mort de Guy Môquet au grand débat sur «l'identité nationale» en passant par le projet d'un musée de l'Histoire de France, la question de l'histoire, mais aussi de la géographie (car la conscience nationale s'enracine dans des pays et des paysages) occupe une place centrale dans notre pays. [...] On peut alors s'interroger sur la logique d'une telle politique qui prétend faire de la conscience nationale une priorité, qui va même jusqu'à créer à cette fin un Ministère de l'Intégration, et qui projette de la retirer en réalité à la moitié des élèves de Terminale. Ce n'est plus de l'incohérence, c'est de la schizophrénie pure et simple.»

Pour autant, l'histoire et la géographie ne disparaissent pas du baccalauréat. Les épreuves seront «anticipées», c'est-à-dire que les élèves les passeront en fin de première. Mais dans ce cas, il est peu probable que les lycéens de la filière scientifique choisiront de les repasser de façon optionnelle en terminale. Cela risque donc d'entraîner la disparition d'une année complète d'enseignement de ces matières pour les élèves de S. Or la pétition rappelle que le rôle de l'école n'est pas seulement de préparer à un travail mais également de former des citoyens capables de comprendre le monde contemporain - compréhension qui passe par l'apprentissage de l'histoire et de la géographie. En outre, dans un système économique dont on ne cesse de répéter qu'il est mondialisé, ces connaissances servent également dans le monde du travail.

[Lire l'intégralité de l'article sur l'Atelier des icônes]

Image de Une: Luc Chatel en visite au lycée Fénelon de Cambrai, Reuters/Pascal Rossignol

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte