Santé / Sports

Les sportifs du week-end profitent d'une aussi bonne santé que les autres

Temps de lecture : 2 min

Si certains cherchaient une bonne raison de se motiver.

Faire du sport pendant deux jours a presque autant d’effets positifs sur la santé que répartir ses séances sur toute la semaine | Arcadiuš via Flickr CC License by

Sportifs du week-end, vos efforts ne sont pas vains. Selon une étude menée par des scientifiques de la Loughborough University, faire du sport pendant deux jours a presque autant d’effets positifs sur la santé que répartir ses séances sur toute la semaine, rapporte le Guardian.

L’équipe de chercheurs a mené l’enquête auprès de 63.591 adultes résidant en Angleterre et en Écosse, de 1994 à 2012, pour savoir lesquels parmi ceux qui pratiquent du sport régulièrement, occasionnellement ou pas du tout ont eu une maladie cardiovasculaire ou développé un cancer.

«Les avantages à faire du sport, même en deçà des recommandations hebdomadaires —150 minutes d’activité modérée ou 75 minutes d’activité vigoureuse, sont clairs», commente The Guardian.

Parmi les sportifs du week-end, les risques de mourir d’une maladie cardiovasculaire sont 30% inférieurs à ceux des adultes inactifs. Les risques de mourir d’un cancer le sont aussi de 18%. Des résultats comparables à ceux des sportifs qui ne sont pas suffisamment assidus pour suivre les recommandations hebdomadaires et légèrement moindres comparés à ceux qui font du sport toute la semaine.

Slate.fr

Newsletters

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Une bonne excuse à dégainer pour trainer au lit.

Vive la clope et l’alcool, à bas la coke et l’héro

Vive la clope et l’alcool, à bas la coke et l’héro

«Aucun d’entre nous n’est adepte des drogues. Nous sommes partisans de la réduction des risques pour les usagers et croyons que tous les toxicomanes méritent notre attention et nos soins.»

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

«C’est compliqué» est un courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou...

Newsletters