Culture

Le sadomasochisme au cœur de l'œuvre de Bacon

Temps de lecture : 2 min

Francis Bacon a beau avoir été examiné sous toutes les coutures, l'historien de l'art John Richardson – qui connaît Bacon depuis leurs 20 ans – procède à une réévaluation de l'oeuvre du peintre.

Richardson s'exprime dans le prochain numéro de la New York Review of Books, et souligne que les relation sado-masochistes de Francis Bacon sont au coeur de ses meilleures oeuvres, mais avec de terribles conséquences.

Son amant George Dyer, dont l'état mental fragile serait dû aux sollicitations permanentes, selon Richardson, de Bacon, en a par exemple pâti.

Puisqu'il avait provoqué l'effondrement psychologique de Dyer, Bacon «exorcisait sa culpabilité, sa rage, ses remords dans des représentations de Dyer.» Ces sollicitations permanentes ont provoqué le suicide de Dyer selon Richardson.

Une précédente relation nouée avec Peter Lacy était si violente que Lacy fit passer Bacon à travers une fenêtre en verre. Le visage de l'artiste fut si abîmé qu'il dut faire recoudre son oeil à la bonne place.

Richardson argue de ce qu'une fois que le sado-masochisme cessa de faire partie de la vie de Bacon, son art perdit de sa force.

Lire l'article complet sur le Guardian

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Francis Bacon, Study for portrait

Newsletters

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

On a cru que l'humoriste était progressiste, ce n'est pas le cas.

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

La brillante adaptation du chef-d'œuvre de Balzac par Xavier Giannoli réussit l'évocation d'une époque passée en suggérant le présent, mais surenchérit sur la noirceur au risque d'un dangereux déséquilibre.

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

Cette semaine, la grand-messe des séries. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio