Monde / Économie

Vers l'ère de l'«agro-impérialisme»

Temps de lecture : 2 min

Quand Robert Zeigler, un botaniste américain de renom, a été invité par l'Arabie Saoudite pour une série de discussions autour du problème du faible niveau de stocks alimentaires du pays, il pensait qu'il allait pouvoir leur venter les mérites de ses recherches sur le «riz miracle», qui permet d'obtenir plus de récoltes à partir d'une même étendue de terrain.

Mais les Saoudiens avaient d'autres projets en tête: au lieu d'essayer d'augmenter la productivité de leur agriculture, ils ont expliqué à la délégation de Zeigler qu'ils avaient l'intention d'investir des milliards de dollars dans des plantations de riz et autres aliments de base dans des pays africains comme le Mali, le Sénégal, le Soudan et l'Ethiopie.

«Divers facteurs, certains fugaces, comme le boom du prix des aliments, et d'autres intraitables, comme l'augmentation de la population mondiale et le manque d'eau, ont crée un marché des terres agricoles. Des nations riches mais aux ressources agraires limitées au Moyen-Orient, en Asie et ailleurs cherchent à externaliser leur production alimentaire dans des endroits où les champs sont bon marché et abondants», explique le New York Times.

Comme la plupart de la surface cultivable de la Terre est déjà utilisée (certaines estimations parlent de 90%), ces pays se sont tournés vers la région la moins développée du Monde, l'Afrique. Le quotidien américain explore ce nouveau phénomène mondial et les rapports de forces qui se créent entre pays pauvres producteurs et pays riches importateurs, et se demande s'il est en train de naître un «agro-impérialisme.»

Regardez ce document de la FAO sur les ventes de terres en Afrique:

 

 

[Lire l'article complet sur nytimes.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

A LIRE AUSSI SUR SLATE: «G8: climat colonial dans les Abruzzes» ; «La révolution agricole, urgente et indipensable»

Image de Une: Irargerich, Flickr, CC

Slate.fr

Newsletters

Parmi les sans-abri de Los Angeles, des milliers de jeunes LGBT+ rejetés par leurs familles

Parmi les sans-abri de Los Angeles, des milliers de jeunes LGBT+ rejetés par leurs familles

Dans la ville aux 58.000 SDF, d’autres chiffres donnent le tournis: 6.000 seraient issus de la communauté LGBT+. En première ligne de cette population doublement marginalisée, les jeunes.

Privé de «Davos du désert»

Privé de «Davos du désert»

En Hongrie, on n'a plus le droit d’être SDF

En Hongrie, on n'a plus le droit d’être SDF

Vivre dans la rue est désormais un délit passible de prison ferme dans l’ensemble du pays.

Newsletters