Science & santé

«Comment peut-on aimer et pire désirer une grosse?»

Lucile Bellan, mis à jour le 10.01.2017 à 15 h 12

Cette semaine, Lucile conseille Eugénie, une femme qui vit mal son surpoids au point de considérer comme fous tous les hommes qui s'intéressent à elle.

The Fat Women | par Igor Grabar via Wikimedia CC License by

The Fat Women | par Igor Grabar via Wikimedia CC License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.
Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse:[email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Je m’appelle Eugénie, j'ai 29 ans et je pèse 130 kilos pour 1m75. Je suis donc obèse. Obèse morbide même. J'ai l'impression d'avoir passé ma vie à faire attention (et à être obsédée) par mon alimentation. J'ai perdu 30 kilos une première fois par moi-même. Je me suis privée et restreinte pendant trois ans. Puis un jour, j'ai vécu un évènement émotionnel et j'ai repris tout ce poids et plus.

Je suis montée à 146 kilos. J'ai été opérée d'un bypass en 2012. J'ai alors perdu une cinquantaine de kilos et je suis arrivée à 96 kilos. Et là, j'ai été tellement complexée par mon ventre, et j'avais tellement l'impression d'être encore obèse et d'avoir enduré toutes ces épreuves pour rien que j'ai fait une dépression nerveuse. J'ai alors repris du poids et je suis maintenant à 130 kilos. J'ai conscience d'être un échec total et j'ai beaucoup de mal à trouver la force de recommencer.

Aujourd'hui, je n'ai plus la force de recommencer un régime, de refaire ce parcours du combattant pour finalement peut-être reprendre encore une fois tout le poids perdu au bout de trois ans. Mais je n'arrive pas à vivre en paix avec le corps que j'ai actuellement car j'ai l'impression que ce n'est pas le mien et qu'il faut que j'en change pour pouvoir enfin trouver l'amour, être désirable, désirée et me sentir bien dans ma vie.

Le problème c'est que je suis toujours dans l'attente du perdre du poids pour vivre. Et j’ai ce sentiment absolument étouffant du temps qui passe. De cette impression de gâcher ma jeunesse, de gâcher ma vie en peur, en angoisse et en questionnement. Je me dis qu'une personne obèse ne peut pas plaire, ne peut pas trouver l'amour, ne peut pas être intéressante... Donc dès que quelqu'un s'approche de moi, me dit que je suis belle, qu'il a envie d'être avec moi, je me bloque complètement parce que je me dis que cet homme est forcément fou. Seule une personne en misère émotionnelle et sexuelle, n'ayant pas d'autres choix pourrait avoir envie d'être avec moi.

J'ai la conviction que seuls des gens complètement détraqués peuvent aimer un corps aussi difforme

J'ai la conviction que les obèses n'ont pas le droit au désir et au sexe et encore moins à l’amour. Ou alors seulement avec des gens complètement détraqués qui sont finalement les seuls à pouvoir aimer un corps aussi difforme. Je suis en plus extrêmement complexée par mon ventre qui fait un tablier absolument dégoûtant. Et il y a même de la graisse au niveau du haut de mon pubis, qui fait comme une bosse finalement là où un pubis normal serait plat.

Quand je vois une grosse avec un mec canon (ou un mec tout court d’ailleurs), je me dis toujours: «Il a dû la rencontrer quand elle était mince» ou «il a forcément un truc qui cloche ce mec». Parce que, comment peut-on aimer et pire désirer une grosse? Ce qui est paradoxal c'est que j'ai des amis qui m'adorent, j'ai eu des amants qui m'ont toujours affirmé aimer mon corps, des hommes qui m'ont dit que je suis belle et désirable. Mais à chaque fois, je me dis qu'ils ne peuvent pas être des hommes bien ou équilibrés puisqu'ils sont attirés par moi.

J’espère que vous aurez une réponse pour moi… Ne serait-ce que pour récolter ensuite des témoignages en commentaire de personnes étant dans le même cas que moi, ou l’ayant été et ayant trouvé une solution à leur problème affectif. 

Eugénie

Chère Eugénie,

C’est un long travail d’accepter qui l’on est, son corps avec ses aspérités, et ses particularités qui vous sautent aux yeux. Vous avez essayé de perdre ce poids, vous vous êtes privée, vous avez été opérée. Et pourtant, toujours, vos kilos reviennent. Je ne suis pas médecin mais je suis sûre que ce yoyo et ce souci permanent ne sont pas bons pour vous. Peut-être moins bon encore que votre obésité.

J’ai un conseil simple pour vous. Si ce que vous avez essayé pendant des années (c’est-à-dire perdre du poids coûte que coûte) n’a pas marché, essayez autre chose. Essayez d’être vous. Vous n’êtes pas un échec des magazines féminins ou de la science, vous êtes une personne. Vous ne pouvez pas éternellement vous battre contre des moulins à vent et surtout vous ne pouvez pas vous battre éternellement tout court.

Vous vous empêchez d’avoir du plaisir, mais ce corps est tout à fait apte à en recevoir et à en donner

Ce combat que vous menez contre vous-même il vous a conduite à cette détestation de votre corps, et donc de votre personne toute entière. Il existe aujourd’hui un courant «body positive» qui vise à donner une visibilité à toutes les sortes de physiques, pour que chacun soit accepté et même célébré. Cherchez sur internet, outre les personnalités inspirantes comme par exemple Daria Marx, Queen Mafalda et Métaux Lourds, des groupes se retrouvent et échangent (comme Gras Politique et le groupe Facebook Hors normes). Vous n’êtes pas seule, Eugénie. Et c’est la bonne attitude que de chercher chez les autres la force et le courage, d’apprécier la beauté de leurs personnes pour mieux voir la vôtre.

N’empêchez pas à qui que ce soit de voir de la beauté, là où vous ne voyez que du gras. Vous vous empêchez d’avoir du plaisir, mais ce corps est tout à fait apte à en recevoir et à en donner. Vos kilos n’ont pas endormi vos cellules nerveuses, votre condition physique ne vous rend pas inapte au sexe ni même au bonheur. Il faut que vous compreniez que ces chaînes que vous portez et qui vous alourdissent encore plus, elles ne sont là que par votre volonté. De ce poids-là, vous pouvez vous allégez. Et vous le devez, même.

C’est un long chemin que vous avez à faire, Eugénie. Mais je vous souhaite de tout cœur de trouver cet équilibre et d’un jour profiter de ce sentiment d’être bien avec vous-même.

Lucile Bellan
Lucile Bellan (140 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte