Partager cet article

Les séjours à l’étranger rendraient-ils immoraux?

Erasme | Nick in exsilio via Flickr CC License by

Erasme | Nick in exsilio via Flickr CC License by

En étant exposée à diverses cultures, notre boussole morale semble perdre de sa précision.

Faudrait-il se méfier des individus qui ont la bougeotte? Peut-être bien que oui, selon une conséquente étude observant que plus nous multiplions les séjours dans des pays différents, plus nous avons tendance à filouter notre monde. Une flexibilité morale corrélée non pas au temps passé à l'étranger, mais bien au nombre de pays expérimentés.

Avec l'accélération de la mondialisation, le XXIe siècle est probablement l'époque la plus multiculturelle de notre histoire. Parmi les corollaires du phénomène, qu'un individu vive un temps dans un pays qui lui est étranger est un fait de plus en plus banal et valorisé, notamment dans le monde de l'entreprise. Chez Samsung, des centaines de cadres et d'employés sont invités chaque année à quitter la Corée du Sud, pour ne rien faire d'autre que voyager, se détendre, apprendre de nouvelles langues et s'immerger dans de nouvelles cultures. Le multiculturalisme est aussi prisé du côté des universités et des établissements de formation, privés comme publics: tous les ans et depuis trente ans, la Commission européenne investit des milliards d'euros pour le programme Erasmus, qui permet à des millions de jeunes d'aller étudier, travailler ou faire du bénévolat loin de chez eux. Entre 2000 et 2015, le nombre d'étudiants internationaux est ainsi passé de 2 à 4,5 millions et on estime qu'il grimpera à 8 millions d'ici 2025.

Logiquement, c'est aussi au XXIe siècle que les conséquences de ces expériences transnationales auront été le plus scientifiquement étudiées. Une grosse partie de la littérature se concentre sur les effets positifs de la chose et notamment sur la «flexibilité cognitive» qu'induisent ou renforcent ces voyages. Par exemple, on sait désormais qu'un passage à l'étranger a des chances de vous rendre plus créatifs, moins racistes ou encore plus enclins à faire confiance à autrui. Les artistes qui ne travaillent pas dans leur pays d'origine produisent des œuvres mieux cotées et leurs congénères scientifiques des études plus citées.

Détendu de la norme

Pour autant, comme le montre l'étude publiée dans le numéro de janvier du prestigieux Journal of Personality and Social Psychology, cette flexibilité cognitive semble posséder un côté obscur: une certaine flexibilité morale. Et si les expériences à l'étranger sont susceptibles d'inciter les individus à briser des chaînes mentales, elles peuvent aussi les disposer à jouer avec des règles morales et augmenter dès lors leur propension à l'immoralité, et plus précisément au mensonge et à la tricherie.

Menée par Jackson G. Lu, Jordi Quoidbach, Francesca Gino, Alek Chakroff, William W. Maddux et Adam D. Galinsky, l'étude s'organise autour de huit expériences impliquant plus de 2.200 personnes d'âges et d'horizons divers –anglophones et francophones, lycéens, étudiants d'université et d'école de commerce, adultes d'âge moyen recrutés sur le Mechanical Turk d'Amazon–, scrutés sur sept mesures différentes d'immoralité.

Il en ressort que plus ces individus avaient connu de pays différents, plus ils avaient tendance à faire preuve de relativisme moral –le contraire de l'absolutisme moral, où on ne croit pas que les règles régissant le «bien» et le «mal» sont éternelles et universellement objectives, mais qu'elles sont au contraire le produit d'histoires culturelles diverses. Et si cette tournure d'esprit pousse effectivement à être généralement plus détendu de la norme, et de fait plus tolérant face aux «transgressions» d'autrui, elle invite aussi à davantage d'indulgence face à ses propres «fautes». Un peu comme si, en étant exposée à diverses cultures, notre boussole morale perdait de sa précision, concluent les chercheurs.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte