Science & santé

Un expert en robotique affirme que les enfants nés en 2017 ne conduiront jamais de voiture

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 08.01.2017 à 15 h 58

Repéré sur The San Diego Union-Tribune, Quartz

Une affirmation fascinante, mais qui doit être nuancée.

Google Self-Driving Car | smoothgroover22 via Flickr CC License by

Google Self-Driving Car | smoothgroover22 via Flickr CC License by

Henrik Christensen est de l’institut de robotique contextuelle à l’université de Californie à San Diego. Dans une interview parue il y a quelques jours dans The San Diego Union-Tribune, il a surpris beaucoup de monde en affirmant que «les enfants nés aujourd’hui n’auront jamais à conduire de voiture». 

«Les voitures autonomes, sans conducteur, seront là dans 10 à 15 ans, ajoute-t-il, visiblement très sûr de lui. Toutes les entreprises automobiles, Daimler, GM, Ford, disent qu’il y aura des voitures autonomes sur la route.» Il explique que, au final, le gain de temps sur les routes permettra de rendre les gens plus productifs et optimiser les infrastructures routières et autoroutières. 

La perspective est fascinante, mais Quartz nous explique qu’il faut la prendre avec des pincettes. Tout d’abord parce que les Etats-Unis comptent 17 millions de voitures achetées tous les ans, ce qui fait dire au site que le bouleversement évoqué par Christensen n’arrivera pas avant plusieurs décennies. De plus, les routes américaines, et à fortiori celles du monde entier, ne sont pas prêtes à augmenter de manière significative le nombre de véhicules qui les parcourent. Lors du Consumer Electronics Show à Las Vegas le 5 janvier, Gill Pratt, qui dirige les recherches chez Toyota, était beaucoup plus mesuré que le chercheur: «Aucun de nous dans le milieu automobile ou dans les industries de hautes technologies sommes proches d’atteindre le vrai niveau 5. Nous sommes en pas près.» Le niveau 5 représentant l’autonomie totale des véhicules. 

«Ce qui est plus probable, estime en revanche Quartz, c’est que certains enfants nés aujourd’hui, à certains endroits, n’auront pas besoin de conduire une voiture.» Et cela est notamment dû à la mise en place renforcée de transports publics dans certaines zones urbaines, comme à Manhattan où seulement 23% des habitants possédaient une voiture en 2013. Cela veut bien dire que, au-delà même des voitures autonomes, de plus en plus de personnes n’auront pas à conduire, ni même posséder de voiture dans certaines zones. «Les véhicules autonomes, agrémentés par des services de voitures comme Lyft et Uber, pourraient rendre préférable et moins cher le fait de rouler avec des robots plutôt que d’avoir un permis de conduire.» 

La révolution de la voiture autonome viendra effectivement grâce aux avancées technologiques, mais elle aura aussi besoin d’une volonté réelle des politiques et des usagers pour changer à ce point leurs habitudes actuelles. Cela risque de prendre un certain temps. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte