Monde

L'ancien président du Mexique s'acharne contre Trump sur Twitter

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 07.01.2017 à 9 h 34

Repéré sur The Hill, Washington Post

Vicente Fox a qualifié le projet de mur de Trump de «monument raciste» et a réitéré que son pays ne paiera pas pour «ce putain de mur».

Vicente Fox lors d'une interview à San Francisco del Rincon au Mexique le 8 mars 2016. YURI CORTEZ/AFP.

Vicente Fox lors d'une interview à San Francisco del Rincon au Mexique le 8 mars 2016. YURI CORTEZ/AFP.

Le 6 janvier, Politico a publié un article révélant que contrairement aux promesses de campagne de Donald Trump, son projet de mur frontalier ne serait probablement pas financé par le Mexique. En effet, plusieurs élus républicains ont expliqué que des discussions avaient débuté pour demander au Congrès de débloquer des fonds. 

Une fois que cette information a été rendue publique, Trump a rétorqué que tout argent avancé par les contribuables américains serait ensuite remboursé par le Mexique.

«Les médias malhonnêtes ne disent pas que l'argent dépensé pour la construction du Grand Mur (pour que ce soit plus rapide), sera payé plus tard par le Mexique!»

Il a ensuite déclaré que les fonds viendraient probablement d'une renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (Alena). La classe politique mexicaine n'a pas apprécié, et c'est Vicente Fox, président du Mexique entre 2000 et 2006, qui a eu la réaction la plus virulente.

Il avait déjà déclaré en février qu'il ne «paierait pas pour ce putain de mur», et il a réitéré ce sentiment suite au tweet du président-élu:

«Trump peut demander à qui il veut, mais ni moi ni le Mexique n'allons payer pour son monument raciste. Encore une promesse qu'il ne peut pas tenir.»

Visiblement toujours très en colère, il a peu après publié cet autre tweet encore plus virulent:

«TRUMP, quand vas-tu comprendre que je ne vais pas payer ton putain de mur. Sois honnête avec les contribuables américains. Ce sont eux qui vont payer.»

D'autres personnalités ont réagi de manière similaire, quoi que plus poliment. Ainsi, un ancien ambassadeur du Mexique en Chine a dit qu'il préférerait renoncer à l'Alena plutôt que financer le mur frontalier.

«Je pense que je parle pour la majorité des Mexicains quand je dis que je préférerais rompre avec les Etats-Unis, et assumer les conséquences, plutôt que de payer pour le stupide mur de Trump.»

Cet été, c'était l'actuel président du Mexique, Enrique Peña Nieto, qui déclarait que lors de sa rencontre avec Trump, il avait bien précisé que le Mexique ne paierait pas pour le mur.

«Au début de ma conversation avec Donald Trump, je lui ai bien fait comprendre que le Mexique ne paiera pas pour le mur.»

Pourtant, pendant sa campagne, Trump a régulièrement animé les foules en criant«Qui va payer le mur?» alors que ses fans répondaient en coeur: «le Mexique!». 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte