Monde

L'hôtel de Trump à Washington doit 5 millions de dollars aux travailleurs qui l'ont construit

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 07.01.2017 à 9 h 12

Repéré sur Bloomberg

Des sociétés de plomberie, menuiserie et électricité viennent de lancer des procédures judiciaires contre la Trump Organization.

Donald Trump à la cérémonie d'inauguration du Trump International Hotel à Washington le 26 octobre 2016. MANDEL NGAN/AFP.

Donald Trump à la cérémonie d'inauguration du Trump International Hotel à Washington le 26 octobre 2016. MANDEL NGAN/AFP.

Trois entreprises qui ont travaillé sur le nouvel hôtel Trump de Washington ont récemment déposé des injonctions afin de récupérer 5 millions de dollars en impayés. Selon ces documents, une société de plomberie et chauffage réclame 2,98 millions de dollars, des électriciens du Maryland plus de 2 millions de dollars, alors qu'une entreprise de construction de Virginie a près de 80.000 dollars en impayés par rapport à ce qui était stipulé dans le contrat, rapporte Bloomberg. 

Le jour de l'ouverture du Trump International Hotel de Washington en octobre dernier, Donald Trump s'était vanté d'avoir pu ouvrir l'établissement, dans un ancien bâtiment de la Poste, sans retard et pour moins cher que le budget prévu. Mais les professionnels qui ont travaillé sur ce projet n'ont pas tous été payés.

Le vice-président de la société AES Electrical a expliqué au Washington Post que quarante-cinq de ses employés ont fait des journées de douze heures pendant cinquante jours consécutifs pour installer les lumières et les alarmes incendie à temps. Mais à partir d'octobre, la Trump Organization a cessé de les payer.

Contacté par la presse, des représentants de la Trump Organization ont répondu que ce genre de retard de paiement était courant dans le secteur. Mais selon une enquête du Wall Street Journal publiée en juin dernier, par rapport à des sociétés similaires, celle de Trump est particulièrement encline à ne pas honorer ses contrats. Le milliardaire avait même reconnu que lorsqu'il considère qu'un contractuel n'a pas fait un travail adéquat, il ne paie pas nécessairement ce qu'il devait. 

De nombreuses PME ont déjà fait des procès aux entreprises de Trump pour cette raison: notamment des paysagistes (pour 111.000 dollars d'impayés), et des peintres en bâtiment (pour plus de 4 millions de dollars). Selon le Wall Street Journal, des créateurs de lustres, de rideaux, ainsi que des avocats et des architectes ont déclaré ne pas avoir été payés la somme initialement prévue par les entreprises de Trump. 

Lors d'un débat télévisé en septembre, Hillary Clinton avait mentionné un architecte embauché par Trump qui n'avait pas été rémunéré pour son travail, et ce dernier avait rétorqué:

«Peut être qu'il n'a pas fait du bon boulot et que je n'étais pas satisfait.»

Malgré tout, Trump s'est présenté pendant sa campagne comme un défenseur des travailleurs «oubliés», et a gagné l'élection en grande partie grâce au soutien de la classe ouvrière blanche

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte