Allemagne

Malgré l'attentat, les Allemands continuent de se sentir en sécurité

Temps de lecture : 2 min

L'attaque de décembre à Berlin n'a pas créé un climat d'angoisse.

John MACDOUGALL / AFP
John MACDOUGALL / AFP

Alors qu'un vif débat sécuritaire anime la classe politique allemande depuis l'attentat qui a frappé Berlin le 19 décembre 2016, la plupart des Allemands continuent de se sentir en sécurité dans leur pays. Selon un sondage réalisé par l'institut d'opinion publique Infratest Dimap pour la chaîne de télévision allemande ARD et le quotidien Die Welt, 73% des personnes interrogées disent se sentir «plutôt en sécurité». Seul un quart des sondés ne s'estime «pas vraiment en sécurité».

Rapporté aux affinités politiques des personnes sondées, il apparaît sans surprise que la tranquillité est plus répandue à gauche qu'à droite: près de la totalité (96%) des sympathisants du parti de gauche radicale Die Linke disent se sentir «plutôt en sécurité», contre à peine un tiers (34%) des sympathisants du parti d'extrême droite AfD. Dans le camp de la CDU/CSU et du SPD, les résultats sont sensiblement les mêmes: respectivement 77% et 78% de leurs sympathisants se sentent en sécurité.

«La plupart des Allemands sont visiblement bien moins angoissés que ne le croient de nombreux responsables politiques», écrit le site internet de la Deutsche Welle, qui relaie les résultats du sondage.

Sécuriser l'argent

Ils sont par exemple un peu moins nombreux qu'il y a un an à estimer que «la vidéosurveillance des lieux publics devrait être étendue» (79% contre 82% début janvier 2016) et à déclarer «faire plus attention au quotidien aux personnes et aux objets paraissants suspects» (43% contre 46%). Et ils ne sont que 36% à déclarer «éviter les lieux très fréquentés comme les aéroports et les gares», alors qu'ils étaient encore 41% en 2016.

Mais les Allemands font preuve de beaucoup moins de sang-froid dans d'autres domaines. Par exemple lorsqu'il s'agit de leur argent. Ils sont de plus en plus nombreux à vouloir placer leurs économies dans un coffre à la banque, rapporte le quotidien économique Handelsblatt, au point que 80% des coffre-forts des 25 plus grandes banques allemandes sont loués.

Certaines agences bancaires ont même désormais des listes d'attente pour louer un coffre-fort et beaucoup d'établissements bancaires ont augmenté leurs tarifs, tant la demande est forte. Cette ruée vers les coffres-forts s'explique en partie à cause de la hausse des cambriolages (plus de 167.000 ont été commis en Allemagne en 2015, soit près de 10% de plus qu'en 2014) et de la crainte des taux d'intérêts négatifs chez les épargnants.

Slate.fr

Newsletters

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Un manuel des forces soviétiques de 1974 recense de nombreux conseils à destination des instructeurs.

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Newsletters