Science & santé

Sortez les mouchoirs, 2017 sera encore une année funeste pour les célébrités

Repéré par Camille Desmaison-Fernandez, mis à jour le 06.01.2017 à 12 h 15

Repéré sur MIT Media Lab

C'est mathématique. Explications.

 Debbie Reynolds et sa fille Carrie Fisher, toutes deux décédées à un jour d'intervalle en décembre 2016 | Ethan Miller / AFP

Debbie Reynolds et sa fille Carrie Fisher, toutes deux décédées à un jour d'intervalle en décembre 2016 | Ethan Miller / AFP

2016 a été, on le sait, une funeste année pour les célébrités avec les disparitions de David Bowie, Prince, Muhammad Ali, Fidel Castro, Carrie Fisher, George Michael, Jean-Christophe Victor, Léonard Cohen, Michel Delpech… Et, malheureusement, ces deuils plus ou moins marquants à répétition ne sont pas prêts de s'arrêter de sitôt, selon MIT Media Lab.

Le site internet a recensé tous les décès de célébrités les années passées pour nous le prouver. Mais tout d’abord, il s’agissait de définir une personne connue. Les journalistes ont choisi de considérer comme célébrités les individus dont les pages Wikipédia sont disponibles en 20 langues ou plus. Même si ces données ont leurs limites, puisque Wikipédia s’apparente à une forme de mémoire culturelle, ils expliquent que cette mesure demeure scientifiquement validée.

Dans le premier graphique, MIT Media Lab montre que depuis 2000, le nombre de décès de personnes célèbres ne cesse d’augmenter, et ce de manière linéaire. Il est passé de 86 en 2000 à 195 en 2015. D’ailleurs, en 2016, «seulement» 181 célébrités sont décédées.

Regression linéaire du nombre de décès chaque année depuis 2000. Source : MIT Media Lab

Alors pourquoi a-t-on eu l’impression que la liste a été plus longue en 2016? Parce que les morts de l’année dernière étaient plus célèbres. En effet, si l’on resserre les critères de sélection à 70 traductions ou plus de leurs pages Wikipédia, le nombre de célébrités décédées en 2016 explose. 16 décès, contre 9 en 2015 et 10 en 2014.

Regression linéaire du nombre de "méga-célébrités" décédées depuis 2000. Source : MIT Media Lab

Et ça va continuer cette année. Depuis 2010, si le nombre de célébrités qui décedent ne cesse d'augmenter, c'est parce qu'elles ont connu leures heures de gloire dans les années 1970-1980, où leur renommée a largement été amplifiée par la télévision. L’essor des technologies de la communication –du cinéma aux réseaux sociaux– a fait drastiquement grimper le nombre d'individus dont les œuvres sont diffusées partout, là où jusqu'à la fin du XVIIe siècle, le nombre de stars était relativement stable. Heureusement, «notre attention limitée et notre mémoire humaine», selon MIT Meida Lab, pourraient nous éviter de finir en surrégime et nous épargner à terme un trop important effet de saturation. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte