Boire & manger

En 2017, le single malt français devient enfin du whisky (et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle)

Christine Lambert, mis à jour le 05.01.2017 à 18 h 29

Un décret signé en douce et applicable depuis début janvier redéfinit complètement le single malt français. Et met dans la panade les trois quarts des distilleries du pays!

Comme bien d'autres producteurs, Bercloux, une distillerie française qui commercialise des wannabe whiskies hyper prometteurs, va pouvoir jeter ses étiquettes à la poubelle. (©ChL)

Comme bien d'autres producteurs, Bercloux, une distillerie française qui commercialise des wannabe whiskies hyper prometteurs, va pouvoir jeter ses étiquettes à la poubelle. (©ChL)

Le 16 décembre, pendant que vous hésitiez encore entre la dinde et le chapon pour le menu du réveillon, le ministère de l’Économie et des Finances nous gratifiait en douce d’une de ses épîtres indigestes, parue au Journal Officiel sous le nom de –attention, ça envoie du glamour sous paillettes force 12– «décret 2016-1757 relatif à l’étiquetage des boissons spiritueuses, à leur composition et à leurs conditions d’élaboration».

Si le titre ne vous a pas assommé, je vous en épargne la lecture, aussi excitante qu’une overdose de Stilnox un lendemain de gueule de bois. Sachez toutefois que le texte prévoit qu’à compter du 1er janvier 2017 (bonne année, au fait) «l’emploi de la mention: “single malt” est réservé au whisky élaboré exclusivement à partir d’un moût d’orge maltée, dans une seule et même distillerie et par distillation discontinue simple».

Qu’est-ce à dire? Simplement qu’un single malt devra désormais avoir vieilli au moins trois ans, l’âge minimum légal d’un whisky (les mots sont importants), et s’appuyer sur de l’orge maltée exclusivement. Jusqu’à présent, seule l’Ecosse appliquait ces règles… mais tout le monde l’ignorait (allez, avouez).

Une bonne nouvelle… et une moins bonne

Ne tournons pas autour du goulot en tortillant du fût: la mise en conformité sur l’âge est une très bonne nouvelle. De fait, la plupart des consommateurs pensaient de bonne foi qu’en s’offrant un single malt français ils achetaient un whisky, or tel n’était pas toujours le cas (1).

Le concept de «distillation discontinue simple», en revanche, risque d’occuper les longues soirées d’hiver. La réglementation européenne ignore royalement l’expression, mais dans les Indications géographiques whisky de Bretagne et d’Alsace, il recouvre clairement des alambics charentais (ou écossais), bouilloires en oignons surmontées d’un chapiteau, qui distillent en deux passes successives.

Heureusement,
la philosophie Shadock, dans toute sa sagesse, nous enseigne que la notion de passoire est indépendante de la notion de trou et réciproquement

Manque de pot, sur la quarantaine de distilleries de whisky françaises, seule une dizaine utilise ce système. La plupart ont opté pour des alambics hybrides, avec bouilloire en oignon doublée d’une petite colonne multi-étagée. Ces malheureux producteurs, en découvrant le décret, ont donc appris que, depuis le 2 janvier, ils ne fabriquaient plus du single malt mais un liquide ineffable qui allait réclamer quelques efforts de brainstorming pour se trouver un nom.

Au sein de la Fédération du Whisky de France, dont aucun des adhérents n’a été consulté en amont du décret, les plus pervers ont suggéré «Pur Malt», pied de nez au lobby du scotch, la SWA, qui a mis un temps fou à balayer ce terme des étiquettes en terres gaéliques. Mais la philosophie Shadock, dans toute sa sagesse, nous enseigne que la notion de passoire est indépendante de la notion de trou et réciproquement. En conséquence de quoi les plus sages, à l’instar de David Roussier, le patron d’Armorik, font remarquer qu’«en débrayant les plateaux de la colonne d’un alambic à “distillation discontinue multi-étagée” on se retrouve avec un outil de “distillation discontinue simple”». (Si je ne vous ai pas perdus à ce stade de la lecture, laissez-moi vous embrasser.)

Personne ne niera la nécessité d’encadrer le whisky français, en plein essor. Le nombre des distilleries a explosé en vingt ans, passant de 5 en 1.999 à 42 aujourd’hui, dont 30 commercialisent déjà des produits âgés de plus de trois ans –petits derniers en date, les Welche’s Whiskies de l’Alsacien Miclo, arrivés en décembre.

La distillerie de La Mine d’or, adossée à la brasserie Lancelot (Morbihan), commence à distiller cette semaine, Rounagle (en Armagnac) se prépare, Bows (à Montauban, qu’on ne devrait jamais quitter) et Noyon (en Picardie) ont attaqué par le gin mais comptent enchaîner sur le malt… Et une douzaine de projets sont déjà annoncés pour 2017.

Sous influence écossaise

Si on est assez cons pour se laisser imposer les règles et les définitions écossaises alors même que le Brexit les sort de l’Europe… Pffff!

Nicolas Julhès, patron de La Distillerie de Paris

Que les autorités donnent à la DGCCRF les moyens de faire le ménage dans le bouillonnement ambiant et de freiner tout net certains abus, rien que de très louable. Fallait-il pour autant le faire dans la précipitation, sans concertation avec les producteurs, et en appliquant –soyons clairs– la définition écossaise du single malt?

«Je n’ose pas penser qu’il s’agit d’un effet de lobbying des Anglo-Saxons, soupire Nicolas Julhès, patron de La Distillerie de Paris qui planche au sein de la Commission Technique de la Fédé du whisky de France. On se demande auprès de qui les auteurs du décret se sont renseignés pour pondre un truc pareil. Mais si on est assez cons pour se laisser imposer les règles et les définitions écossaises alors même que le Brexit les sort de l’Europe… Pffff! Nous possédons en France une très ancienne culture du goût, de la gastronomie, qui doit nous permettre d’exister différemment, de façon originale.»

Nous possédons également une très ancienne et rare culture de l’art de se tirer une balle dans le pied. Et pour shooter celle-ci, on a sorti le lance-roquettes. Car, attention, tenez-vous prêts: les autres Etat membre de l’Union européenne ne sont évidemment pas soumis aux exigences du présent décret!  

La Fédération du whisky de France, qui regroupe 45 distilleries et éleveurs représentant 95% de la production nationale, a déposé une question au gouvernement et ne compte pas rester bras croisés devant le fait accompli.

«Ce décret fait du single malt produit en France le whisky le plus contraignant à fabriquer d’Europe. Et il introduit en outre une distorsion majeure de concurrence, puisque les autres Etats ne seront pas soumis aux règles qu’on s’impose, et pourront écouler sur notre territoire leurs single malts quels qu’ils soient, explose Philippe Jugé, le porte-parole de l’association. Le gouvernement porte ainsi un coup terrible à une filière pleine d’avenir.»

Slate vous avait prévenus que le whisky français ferait les gros titres d’ici à une quinzaine d’années. Réjouissons-nous, c’est arrivé beaucoup plus vite que prévu. 

1 — Le whisky est strictement défini par le règlement européen CE 110/2008, mais pas le single malt, encadré tout au plus par les cahiers des charges des différentes indications géographiques (IG), celles du scotch whisky (écossais) ou des whiskies bretons et alsaciens, par exemple. En conséquence, en l’absence de la mention whisky sur l’étiquette, un single malt français pouvait jusqu’à présent vieillir moins que les trois ans minimum obligatoires pour un whisky, et être élaboré à partir de n’importe quelle céréale maltée. Retourner à l'article

 

Christine Lambert
Christine Lambert (172 articles)
Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte