France

Jean-Pierre Treiber arrêté à cause d'un complice imprudent? (MàJ)

Slate.fr, mis à jour le 20.11.2009 à 19 h 15

La radio RTL a annoncé l'arrestation de Jean-Pierre Treiber, 41 ans, près de Melun en Seine-et-Marne, avec «deux personnes qui l'auraient aidé». L'information a été confirmée par Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur. Selon Le Point, «l'arrestation de Jean-Pierre Treiber a été rendue possible grâce à l'imprudence des complices qui couvraient sa fuite». L'un d'eux «étaient en train de négocier une interview exclusive de Treiber avec un grand journal de la presse parisienne», explique le site de l'hebdomadaire... La cavale de Treiber (voir son trajet sur la Treiber Map de 20Minutes, suspect dans l'affaire du double meurtre Giraud-Lherbier, a duré 78 jours après une évasion rocambolesque de la maison d'arrêt d'Auxerre, le 8 septembre.

Selon une source proche de l'enquête, les policiers avaient pris en filature un ami de Treiber. «Cet ami s'est rendu dans un appartement inoccupé à Melun jeudi. Vendredi, il s'est aperçu de la filature et a été interpellé. Les policiers ont alors perquisitionné l'appartement qui appartient à la fille de cet ami de Treiber, et l'ont découvert (Treiber) à l'intérieur».

Le fugitif «va être déféré au Palais de justice d'Auxerre dans la foulée, mis en examen et réincarcéré», a indiqué le procureur de la République d'Auxerre, François Pérain.

Tout au long de sa fuite, l'ancien garde-chasse a nargué la police, expliquant par lettres publiée dans la presse comment il vivait caché et échappait à la traque. «Ils m'ont coursé, mais dès que je me suis engagé dans le ronciers, leur courage s'est arrêté net» écrivait-il le 9 octobre. Dans une dernière missive publiée par Paris-Match, le fugitif se vantait encore plus: «Koh-Lanta, c'est du pipi de chat à côté de ce que je fais».

Ces lettres étaient adressées à Blandine, la femme qu'il aimait. Elle avait accepté de communiquer ces lettres au magazine, «non pas dans l'idée de trahir celui qu'elle aime», expliquait le magazine, mais parce qu'elle est «certaine que Jean-Pierre Treiber ne peut être l'individu fruste et brutal qui nous a été présenté».

Le procureur de la République d'Auxerre, François Pérain, avait indiqué à l'AFP, le 7 octobre, que les trois lettres «avaient été communiquées à la police judiciaire de Dijon il y a à peu près une semaine» et qu'«elles sont en cours d'exploitation». Il avait indiqué qu'il ne communiquerait pas «sur le lieu d'où elles avaient été postées».

Avant même que Blandine ne fasse publier les lettres de son amant dans Paris Match, lui-même avait écrit à l'hebdomadaire Marianne, une dizaine de jours après son évasion, pour clamer son innocence.

Il expliquait alors: «Je ne me suis pas évadé, j'ai repris une petite partie de [ce que] les assassins, "les vrais" m'ont volé, car je ne supportais plus la détention, étant au bord du suicide, ce qui aurait arrangé les affaires des coupables et des personnes qui ont instruit cette affaire à charge contre moi. J'avais confiance en la justice mais je me suis trompé, on s'est acharné sur moi, sur mon entourage, en oubliant d'approfondir les relations de Géraldine.»

Cette cavale de 78 jours était vouée à l'échec, comme le  rappelait Philippe Boggio. Treiber savait braconner, poser des collets, faire du feu sans que les flammes se voient de loin. Mais il ne pouvait tenir bien longtemps. Passée l'euphorie, les fuyards voient son existence minée par la traque, soulignait Alexandre Lévy dans son article «Les évasions finissent mal en général». Luc, 47 ans, ne lui donnait pas plus de chances: «On regarde tous trop la télé. Surtout en prison. Tu peux pas savoir le nombre de taulards qui se prennent pour Rambo. (...)  Mais Treiber, c'est pas Rambo, c'est pas un porte-avions à lui tout seul.» Luc raconte l'épuisement et la paranoïa qui s'empare de vous.

Cette cavale a été très suivie des Français qui ont, comme l'expliquait Philippe Boggio sur Slate, une passion pour les bandits.

Pour lire tous les articles de Slate concernant l'évasion de Jean-Pierre Treiber:

Et les autres évasions...

Image de une: reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte