Un employé indélicat de T-Mobile UK vend des milliers de données personnelles

Slate.fr, mis à jour le 20.11.2009 à 11 h 08

Le bureau britannique de la Commission de l'information (ICO), responsable de la protection des données privées, a annoncé avoir ouvert une enquête sur la vente par un employé d'une entreprise de télécommunications de données personnelles appartenant à des milliers de clients. Les enquêteurs n'ont pas mentionné le nom de la société mais la filiale de l'opérateur T-Mobile au Royaume-Uni a pris les devants en indiquant qu'elle avait alerté les autorités après avoir découvert qu'un de ses employés avait vendu des données personnelles «à son insu».

Les noms, prénoms, adresses et numéros de téléphone des clients font partie des données vendues, de même qu'une information très sensible: les dates d'échéance de leur contrat téléphonique. Des sommes substantielles d'argent ont été échangées et l'ICO a obtenu plusieurs mandats de perquisition et a effectué des recherches dans plusieurs lieux.

L'employé indélicat qui a aujourd'hui quitté T-Mobile aurait revendu ces informations aux concurrents de l'opérateur. Ces concurrents auraient utilisé ces données afin de contacter des clients de T-Mobile UK avant la date d'échéance de leur contrat et de leur faire une offre commerciale.

T-Mobile UK est le quatrième opérateur de téléphonie mobile au Royaume-Uni avec près de 17 millions de clients. En septembre 2009, l'opérateur s'est allié à Orange UK, filiale du groupe français, pour devenir le numéro un sur le marché britannique.

Le responsable de l'ICO, Christopher Graham, a regretté que la législation contre ce genre de délits soit «insuffisante aujourd'hui pour dissuader les gens de se lancer dans cette activité criminelle lucrative». «La menace de la prison, et non d'amendes, serait un moyen de dissuasion plus efficace», a-t-il plaidé.

Les scandales liés à la diffusion, souvent accidentelle, de données personnelles sont fréquents en Grande-Bretagne. En août 2008, les données bancaires d'un million de clients de la banque britannique RBS ont été égarées et laissées sur le disque dur d'un ordinateur vendu sur le site d'enchères en ligne eBay. Fin 2007, c'était l'administration britannique qui perdait deux CD-Rom contenant les données personnelles de 25 millions de citoyens bénéficiaires de différentes allocations.

[Lire l'article complet sur The Guardian]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Stefan Wermuth / Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte