Santé

Pourquoi certains alcools provoquent plus la gueule de bois que d'autres

Temps de lecture : 2 min

Certaines gueules de bois sont pires que les autres. Et elles dépendent en partie du type de boisson que avez bu la veille. Ce qu'il faut retenir: préférez une vodka pure à un whisky-coca.

Serious Hangover | Antoine K via Flickr CC License by
Serious Hangover | Antoine K via Flickr CC License by

La gueule de bois, ou veisalgie, c’est la sensation que tout le monde connaît, mais que personne ne peut jamais réellement anticiper. Un jour, on boit beaucoup et le lendemain, on va bien. Une autre fois, on boit deux verres de vin blanc et le lendemain est très difficile. Dans le New York Times, la spécialiste de l'addiction Laura J. Veach explique que la gueule de bois est le résultat du retrait de l'alcool de notre sang. La gueule de bois est ainsi principalement ressentie lorsque le taux d’alcool atteint zéro dans notre corps.

Mais notre réel ennemi, c’est l’acétaldéhyde, ou ethanal. Beaucoup plus forte que l’alcool, cette substance chimique est responsable d’une transpiration excessive, de nausées, et de vomissements, note Quartz.

Mais le type d'alcool que l'on boit entre aussi en jeu. Méfiez-vous des alcools sombres et des boissons gazeuses. Whisky, vin rouge, eau de vie… ces alcools sont particulièrement responsables des gueules de bois les plus compliquées à assumer. En effet, ces boissons fermentées engendrent la création de produits chimiques appelés des congénères, des subtances que notre corps a du mal à traiter, et qui nous rendent malades. En effet, en 2006, une étude néerlandaise prouve que les alcools sombres contiennent le plus de ces substances chimiques que le corps ne tolère pas.

Un alcool bien distillé

Evidemment, la piquette dénichée dans le rayon le plus bas du supermarché sera aussi susceptible de contenir plus de «congénères», et de provoquer une gueule de bois bien pire. Comme l'explique le site Gizmodo, plus l'alcool est distillé, et moins les substances chimiques dangereuses pour notre corps seront nombreuses.

Une deuxième étude souligne que lorsque les individus buvaient de la vodka mélangée à un soda, leur taux d’alcoolémie était plus fort que ceux qui privilégiaient la vodka pure. Les chercheurs ont donc émit l’hypothèse que les bulles contenues dans les sodas favorisaient la propagation de l’alcool dans le sang. Une autre étude vient corroborer cette hypothèse, puisque les participants qui buvaient du champagne «plat» avaient un taux d'alcoolémie plus faible que ceux qui buvaient du champagne avec des bulles.

La prochaine fois que vous avez prévu de boire plus qu'à l'habitude (malgré nos évidentes recommandations de boire avec modération), tentez donc de de manger des poires avant de commencer à boire. En 2015, l’australien Manny Noakes, nutritionniste à l’Organisation de recherche industrielle et scientifique du Commonwealth, dans une étude, indiquait que les gens qui buvaient du jus de poire avaient moins de chances de subir les heurts d’une gueule de bois compliquée. Même si ces observations n'étaient que préliminaires, ça ne fait pas de mal d'essayer.

Slate.fr

Newsletters

Le scandale de l'amiante est une bombe à retardement

Le scandale de l'amiante est une bombe à retardement

Responsable d'un cancer de la plèvre, l'amiante est interdite en France depuis 1997. Deux décennies plus tard, 1.100 nouveaux cas de la maladie surviennent encore chaque année.

Non, le burn-out estival n'existe pas

Non, le burn-out estival n'existe pas

Cessons de nous leurrer: il n'y a pas de blues saisonniers mais plutôt une fatigue chronique.

Le mouvement antivax est loin d'être le seul responsable des épidémies de rougeole

Le mouvement antivax est loin d'être le seul responsable des épidémies de rougeole

Notre trop grande focalisation sur le sujet nuit à la santé publique.

Newsletters