Monde

Le Titanic a-t-il coulé à cause d'un incendie?

Repéré par Robin Panfili, mis à jour le 02.01.2017 à 12 h 26

Repéré sur Jalopnik, The Independent, The Times

Dans un documentaire, un journaliste étaye la théorie selon laquelle un incendie survenu dans la coque du bateau avant le départ du navire aurait pu le fragiliser et provoquer son naufrage dans l'océan Atlantique.

 Le Titanic lors d'un essai en mer, le 2 avril 1912. |  U.S. NARA via Wikimedia CC Domaine public

Le Titanic lors d'un essai en mer, le 2 avril 1912. | U.S. NARA via Wikimedia CC Domaine public

Dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, le RMS Titanic, un paquebot transatlantique, faisait naufrage dans les eaux glacées de l'océan Atlantique, avec près de 2.500 personnes à son bord. Le drame a inspiré de nombreuses œuvres de fictions –dont le célèbre film de James Cameron sorti en salles en 1997–, mais a également fasciné l'opinion publique. Comment un navire présenté comme le plus grand et le plus sûr du monde a-t-il bien pu sombrer en plein océan, en à peine plus de deux heures, lors de sa toute première traversée? C'est une question qui, aujourd'hui encore, continue d'occuper les esprits.

Dans un nouveau documentaire intitulé Titanic: The New Evidence et diffusé sur Channel 4, le journaliste et écrivain irlandais Senan Molony défend la théorie selon laquelle le naufrage du paquebot a pu être provoqué par un incendie de plusieurs jours dans la coque du bateau avant sa mise en eau. Le feu, difficile à maîtriser, aurait fragilisé la coque du bateau, ce qui pourrait expliquer pourquoi le Titanic a sombré aussi rapidement, explique-t-il. Senan Molony, qui se penche sur les causes du naufrage du Titanic depuis près de trente ans, s'est appuyé sur des photographies prises par l'ingénieur électricien en chef avant que le bateau ne quitte les chantiers navals de Belfast.

Des photos comme preuves

Les photos mettent en évidence de larges marques noires d'environ dix mètres à l'avant et à droite au niveau de la coque du navire, c'est-à-dire à proximité de l'endroit où s'est produit la collision entre le Titanic et l'iceberg. Des marques qui, selon les experts interrogés par le journaliste, sont bel et bien le résultat d'un incendie dans l'un des réservoirs de carburant. Dans The Independent, Senan Molony ajoute:

«Ce naufrage n’est pas l’histoire d’une simple collision entre un paquebot et un iceberg. C’est l’addition de facteurs extraordinaires: le feu, la glace et la négligence. Cet incendie était connu mais il a été minimisé. Le paquebot n’aurait jamais dû être mis à la mer.»

Les révélations de Senan Molony apportent ici un nouvel éclairage sur ce qui a pu coûter la vie à près de 1.500 personnes. Mais le site Jalopnik note que ces informations ont déjà été évoquées par le passé. En 2004 précisément, un ingénieur de la Geological Society Of America et de l'université d'État de l'Ohio, Robert Essenhigh, affirmait que les efforts déployés pour mettre un terme à l'incendie dans la coque du Titanic pouvaient être l'un des facteurs d'un naufrage aussi rapide dans l'océan Atlantique.

Jalopnik ajoute que, quatre ans plus tard, en 2008, The Independent se faisait l'écho des travaux d'un certain Ray Boston. Après vingt années d'études sur le sujet, ce dernier affirmait que l'incendie en question aurait débuté lors de tests de rapidité, dix jours avant que le navire ne quitte Southampton pour New York.

Aujourd'hui, donc, les avis divergent sur la cause réelle du drame et l'influence de l'incendie sur le naufrage. Ce qui est sûr, néanmoins, c'est que plus de cent après le drame, le Titanic fait toujours parler de lui.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte