Allemagne / Histoire

2016 a été la «meilleure année Hitler»

Temps de lecture : 2 min

Jamais autant d'ouvrages offrant un regard nouveau sur la vie du dictateur nazi n'avaient été publiés en un si court laps de temps.

Un portrait daté de 1938 d'Adolf Hitler. AFP FILES / AFP.
Un portrait daté de 1938 d'Adolf Hitler. AFP FILES / AFP.

Du point de vue des historiens spécialistes de la période nazie, l'année 2016 restera sans doute un grand cru. Voire même «la meilleure année Hitler», comme le proclame le quotidien allemand Die Welt, qui fait le bilan de cette année prolifique:

«On pourra dire que 2016, eu égard à la qualité des publications, fut l'année Hitler la plus importante de tous les temps.»

Elle s'est ouverte avec la publication, le 8 janvier 2016, d'une réédition commentée du brulôt Mein Kampf, tombé dans le domaine public soixante-dix ans après la mort du dictateur nazi. Nous vous en parlions ici. Le succès a été immédiat, rappelle le quotidien:

«La première édition de 4.000 exemplaires a déjà été épuisée avant qu'elle paraisse par le biais des précommandes, tout comme la deuxième. Ce n'est qu'à partir de la troisième édition que les premiers exemplaires sont arrivés dans les librairies.»

L'ouvrage s'est écoulé à plus de 80.000 exemplaires, a dû être réédité quatre fois et s'est maintenu vingt semaines durant dans la célèbre liste de best-sellers éditée par l'hebdomadaire Der Spiegel.

Au mois d'avril 2016 est paru un second ouvrage, Hitler. Das Itinerar («Hitler, l’itinéraire»), dont nous parlions également ici, qui retrace tous les déplacements du dictateur nazi et détermine ainsi, à quelques exceptions près, où il se trouvait chaque jour de sa vie. «Pour la première fois, on peut savoir exactement où se trouvait le chef du NSDAP. Ça n'a rien de trivial car cela dément de nombreuses interprétations locales et régionales erronées», écrit Die Welt.

Une découverte a également marqué l'année 2016: à l'automne, l'historien allemand Thomas Weber, qui a publié l'essai Wie Adolf Hitler zum Nazi wurde («Comment Adolf Hitler est devenu nazi»), a prouvé que la première biographie parue de Hitler, en 1923, sous le titre Adolf Hitler: Sein Leben und seine Reden («Adolf Hitler: sa vie et ses discours», dont vous parlions d'ailleurs ici), qui comparait notamment Hitler à Jésus, n'était pas signée du baron Adolf Victor von Koerber, mais d'Hitler lui-même. Dans le cadre des recherches qu'il menait pour son livre, Thomas Weber a découvert aux archives de l'Université de Johannesburg, en Afrique du Sud, des documents attestant qu'il s'agissait en réalité d'une autobiographie, comme on peut le lire dans cet article de Die Welt.

Autre ouvrage qui éclaire d'un jour nouveau la vie du dictateur, paru en novembre 2016: Wer war Hitler («Qui était Hitler»), du documentariste allemand Hermann Pölking, qui a réalisé un collage chronologique de plus 3.200 citations extraites de témoignages recueillis auprès de 550 contemporains d'Hitler.

Slate.fr

Newsletters

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Un manuel des forces soviétiques de 1974 recense de nombreux conseils à destination des instructeurs.

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Newsletters