Science & santé

Nos problèmes d’arthrite et de mal de dos vont empirer, c’est ce que montre l’évolution

, mis à jour le 31.12.2016 à 12 h 21

New York, mars 2014. REUTERS/Shannon Stapleton

New York, mars 2014. REUTERS/Shannon Stapleton

Nos douleurs chroniques dans les épaules, les hanches et les vertèbres ne devraient pas s’arranger dans l’avenir et même empirer nous explique une étude sur l’évolution de l’espèce humaine réalisée par l’Université d’Oxford et citée par The Telegraph. Nous sommes ainsi victimes des effets secondaires négatifs de l’évolution.

Les chercheurs ont étudié 300 os et fossiles sur 400 millions d’années comprenant des reptiles, des primates et des hommes de Neandertal pour comprendre comment les articulations ont évolué. Ils ont trouvé que quand l’ancêtre de l’homme a commencé à se tenir debout sur ces deux jambes, les os ont changé pour pouvoir soutenir le poids supplémentaire lié à cette position. Mais les articulations ne sont pas adaptées et cela explique pourquoi notre espèce souffre d’arthrite et de douleurs de dos chroniques et qu’il n’y a aucune raison pour que cela s’améliore... au contraire.

Pour le Docteur Paul Monk, qui a conduit la recherche au Département d’orthopédie, de rhumatologie et de sciences musculo squelettique de l’Université d’Oxford: «Nous nous sommes demandés comment nous nous retrouvons avec cet étrange arrangement d’os et d’articulations qui crée des quantités de problèmes… Nous voyons tous les jours dans les hôpitaux, des douleurs dans les épaules qui remontent dans les cervicales, des douleurs dans les genoux, des arthrites de la hanche et chez les personnes plus jeunes des articulations qui ont tendance à se déboiter».

Corriger les «méfaits» de l'évolution

L ‘équipe de recherche a créé des modèles en trois dimensions des articulations pour suivre leur évolution au cours de millions d’années. Ils ont par exemple trouvé que quand nos ancêtres ont commencé à marcher sur deux jambes, les têtes de nos fémurs (l’os de nos cuisses) se sont épaissies pour supporter le poids supplémentaire. Et un os plus épais à cet endroit de l’articulation rend le risque d’arthrite beaucoup plus grand. Et le sens de l’évolution n’est pas favorable. «Si nous prolongeons la tendance de l’évolution, nous allons avoir une tête de fémur toujours plus grande et de plus en plus d’arthrite», explique Le Docteur Paul Monk.

On assiste à une évolution également défavorable de nos épaules où le trou naturel qui permet le passage des tendons et des vaisseaux sanguins devient de plus en plus étroit et il devient ainsi plus difficile de lever nos bras au-dessus de nos têtes. Et il y a de nombreux autres exemples.

Il n’est pas possible d’aller à l’encontre de l’évolution, mais ce que la médecine espère pouvoir faire et fait déjà, c’est corriger certains «méfaits» de l’évolution par des implants et des os artificiels. Mais nous ne savons pas encore remplacer toutes les articulations défaillantes…

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte