Économie

Il y a un âge où l'on arrête d'acheter ses meubles chez Ikea

Temps de lecture : 2 min

Dans un étude, la plateforme américaine Earnest a découvert qu’il existait une véritable «génération IKEA», qui arrête d'acheter chez la marque suédoise à partir de 34 ans.

Ikea | rarye via Flickr CC License by
Ikea | rarye via Flickr CC License by

Vous avez entre 20 et 30 ans, et vous vous rendez compte que les appartements de vos amis ressemblent étrangement au vôtre? La même housse de couette Kråkris couvre leur lit, et la table Lack trône à l’identique au milieu du salon? C’est normal.

La plateforme américaine Earnest spécialisée dans le crédit, et qui propose des taux d’interêts réduits pour les jeunes, a analysé des dizaines de milliers de réponses de ses utilisateurs, pour en savoir plus sur leurs préférences en ameublement, et notamment en fonction de leur âge: à quelle période préférent-ils les meubles en kit? Quand renoncent-ils aux meubles aux noms imprononçables?

Earnest a calculé le pourcentage de ses clients qui achètent chez Ikea et chez Lowe’s, l’équivalent américain de Leroy-Merlin, pour avoir un ordre de comparaison.

Et leur analyse est claire: à 34 ans, on tourne le dos à Ikea. Pour la plateforme, il existe une véritable «décennie IKEA», siuée entre 20 et 30 ans, et le pic d'achat de fournitures de la marque suédoise se situe à 24 ans. Dans la suite de l'étude, Earnest montre que, passé 34 ans, les individus se tournent vers différentes enseignes, en fonction de leur sexe, de leur lieu d’habitation, de leur âge. Mais pour les individus entre 20 et 30 ans, IKEA a le monopole de l’ameublement.

Sur le base de votre âge, et de comment est décoré votre logement, il serait ainsi facile de deviner que, si vous avez entre 20 et 30 ans, votre appartement ressemble étrangement à la page 71 de l’édition 2017 du catalogue IKEA.

Slate.fr

Newsletters

Comment les entreprises vous font payer plus pour les mêmes produits

Comment les entreprises vous font payer plus pour les mêmes produits

Limiter les stocks, diminuer les quantités, proposer des options... les techniques sont aussi multiples qu'efficaces.

Le problème n'est pas la taxe carbone, le problème, c'est le gouvernement

Le problème n'est pas la taxe carbone, le problème, c'est le gouvernement

Le Premier ministre a indiqué que la taxe carbone serait maintenue, c'est une bonne chose. Les mesures d'accompagnement annoncées vont dans le bon sens, il sera sans doute nécessaire de les améliorer encore.

Sur la question du budget italien, la France devrait garder ses leçons pour elle

Sur la question du budget italien, la France devrait garder ses leçons pour elle

La Commission européenne n'avait pas le choix: elle devait rejeter le projet de budget de l'Italie. Mais la France, elle, ferait mieux de garder une certaine modestie vis-à-vis de sa voisine transalpine.

Newsletters