Allemagne

Berlin: le chauffeur de camion polonais n'a pas pu agir au moment de l'attentat

Repéré par Annabelle Georgen, mis à jour le 27.12.2016 à 19 h 43

Repéré sur Der Tagesspiegel, Bildzeitung, change.org

L'autopsie révèle que le chauffeur a été blessé par balle plusieurs heures avant.

La police analyse le camion à l'origine de l'attentat à Berlin, le 20 décembre 2016 |
Tobias SCHWARZ / AFP

La police analyse le camion à l'origine de l'attentat à Berlin, le 20 décembre 2016 | Tobias SCHWARZ / AFP

Au lendemain de l'attentat de Berlin qui a fait douze morts et cinquante blessés, l'histoire du passant qui a courageusement pris en chasse le potentiel auteur, et grâce auquel il aurait pu être arrêté, s'est dégonflée, comme nous vous le racontions ici. Les citoyens allemands se sont consolés en rendant hommage à un autre «héros»: le chauffeur de camion polonais qui a été retrouvé ensanglanté dans la cabine du camion.

Car, après avoir affirmé dans un premier temps que Lukasz U. avait été retrouvé mort sur les lieux du drame, la presse allemande a ensuite précisé qu'il était encore en vie à l'arrivée des secours, avant de succomber à la blessure par balle qui lui avait été infligée. Et, selon l'autopsie, son corps présentait des marques de lutte, qui laissaient à penser qu'il s'était battu avec l'auteur de l'attentat. Relayées par les médias, partagées et commentées sur les réseaux sociaux, ces bribes d'informations ont suffi à ériger en héros le chauffeur de camion polonais. On a notamment pu lire que c'était grâce à lui que le camion n'avait roulé que sur quelques mètres à l'entrée du marché de Noël, celui-ci ayant tenté de se battre pour reprendre le contrôle du véhicule. «Est-que le chauffeur polonais s'est fait tirer dessus lorsqu'il a pris le volant, titrait le tabloïd berlinois BZ le 21 décembre 2016, citant les propos d'un enquêteur sous couvert d'anonymat:

«L'endroit où se trouvent les traces laisse à penser que le chauffeur polonais s'est fait tirer dessus dans une position où il s'emparait du volant.»

«Pour cette bravoure»

Une pétition réclamant que la Croix du Mérite (une distinction honorifique décernée par l'État allemand) soit remise au chauffeur polonais à titre posthume a alors été lancée peu avant Noël sur le site Change.org, rapporte le quotidien Der Tagesspiegel. La citoyenne allemande à qui revient cette initiative indique sur la page que Lukasz U., 37 ans, «a perdu sa vie en tentant d'empêcher un terroriste de commettre la pire des choses», et affirme:

«Par cette action héroïque, il a sans doute sauvé de nombreuses vies humaines et lancé un signal fort pour l'amitié et la réconciliation entre notre pays et la Pologne, à qui nos ancêtres ont fait quelque chose d'horrible. […] Pour cette bravoure, il mérite le plus haut ordre honorifique de l'Allemagne.»

La pétition, dont la liste des signataires doit être envoyé au président allemand Joachim Gauck, a à ce jour récolté plus de 38.000 signatures.

Or, selon de nouvelles informations recueillies par le tabloïd allemand Bildzeitung, les médecins qui ont réalisé l'autopsie estiment que le coup de feu est parti entre 16h30 et 17h30, soit des heures avant l'attentat qui a eu lieu à 20 heures. «Les médecins excluent qu'il ait été en mesure d'agir de manière consciente», écrit Bild, ajoutant qu'«une prise en main du volant pendant l'attentat n'était pas possible» et que les traces retrouvées sur le volant «sont vraisemblablement apparues quand son corps a été projeté dessus lors du choc violent» qu'il a subi lorsque le camion a foncé sur les stands du marché de Noël.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte