Santé

Vous ne perdrez pas les kilos que vous avez pris à Noël

Temps de lecture : 2 min

Le poids de la bedaine d'après-fêtes a fait l’objet de nombreuses études, que le Guardian a condensées pour enfin connaître la vérité. Et elle n’est pas belle à voir.

Turkey | Mike_fleming via Flickr CC License by
Turkey | Mike_fleming via Flickr CC License by

Vos chances de prendre du poids à Noël étaient élevées. Le foie gras de tatie, le chapon de mamie, le whisky de papi, la bûche de Picard. Vous vous sentez lourd, et la British Dietetic Association vous donne raison.

Dans une étude, elle a montré qu’à Noël, une personne consommait en moyenne 6.000 calories en 24 heures, soit l’équivalent de 11 Big Mac. Une prise de 2,3 kilos en moyenne a été recensée entre le début des festivités et la dernière part de bûche.

Mais le Guardian est resté dubitatif face à ses chiffres alarmants. Le quotidien a donc recensé différentes études sur le sujet. La conclusion: selon les études, un individu prend en moyenne entre 200 grammes et 1,3 kilos. Vous vous sentez plus léger? Pourtant, la bonne nouvelle s’arrête ici.

L’Institut national de la santé infantile et du développement humain est formel: les adultes pèsent plus lourd en février/mars qu’en septembre/octobre. Pire encore, leur poids n’a pas vraiment bougé le mois de septembre suivant.

La plus grande partie de la prise de poids dans l'année doit donc être attribuée aux fêtes de Noël. Si on avait sû, on aurait évité de se resservir trois fois de la bûche.

Slate.fr

Newsletters

Google accusé de trahir des patients en prenant le contrôle d’une appli de santé

Google accusé de trahir des patients en prenant le contrôle d’une appli de santé

Tout ça à cause de Streams, une application utilisée par les médecins anglais.

«Le monde devient étrange quand on n'a plus envie»

«Le monde devient étrange quand on n'a plus envie»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Noémie, une jeune femme qui, depuis la fin de sa relation avec l'homme qu'elle aime, n'a plus envie de rien dans son existence actuelle.

Quelles sont les femmes les plus à risque de mourir en couches?

Quelles sont les femmes les plus à risque de mourir en couches?

Aux États-Unis, l'origine ethnique et l'état de santé général sont les deux premiers prédicteurs de morbidité maternelle grave.

Newsletters