Culture

Avec George Michael, c'est une icône de plus des années 80 qui disparaît

Temps de lecture : 2 min

«Careless Whisper», «Wake me up before you go-go»... George Michael a vendu 100 millions d'albums et avait commencé sa carrière à la fin des années 1970. Il est mort à 53 ans.

Capture du clip «Club Tropicana»
Capture du clip «Club Tropicana»

Il devait nous réveiller avant de partir –«Wake me up before you go-go»–, George Michael est mort ce 25 décembre, des suites de problèmes de cœur, il avait 53 ans, a annoncé son attaché de presse. Les médias du monde entier titre sur l'une de ses chansons, «Last Christmas». C'était son dernier Noël, il est «mort dans son lit paisiblemement», a affirmé son manager. Après David Bowie, Leonard Cohen et Prince, c'est une nouvelle figure de la musique des années 80 qui disparaît.

L'artiste anglais est né d'un père restaurateur chypriote –avant d'être George Michael, son nom était Georgios Kyriacos Panayiotou. Il a représenté dans ses clips toute la culture des années 80, des cocktails dans la piscine (avec les lunettes de soleil de rigueur) dans «Club Tropicana» au saxophone entêtant de «Careless Whisper». L'intro au saxo deviendra ensuite la recette de la pop des années 80. Avec sa mèche blonde, son bronzage et ses boucles d'oreille, il signe «Careless Whisper», son premier morceau en solo, en 1984. Un morceau sur l'adultère, qui montre à quel point l'époque est à la libération des mœurs.

Pour provoquer, l'une des ses chansons est simplement titrée «I want your sex».

Ce 26 décembre, les stars des années 80 déplorent sa mort, de Elton John à Madonna en passant par Duran Duran.

Une vidéo publiée par Madonna (@madonna) le

Georges Michael est aussi le premier artiste pop à se produire en Chine en 1985.

Il essaiera, sans vraiment y parvenir, de se défaire de son image d'icône des années 80. Comme ici, dans le clip de «Freedom» alors qu'il est encore membre de Wham!.

Freedom est aussi le titre de son prochain documentaire. Son dernier post Facebook, publié le 2 novembre 2016, expliquait qu'il était en train d'y apporter les derniers ajustements.

Aujourd'hui, la communauté LGBT déplore cette mort qui vient après celle de Prince ou David Bowie, note le Boston Globe.

«C'est cruel mais cohérent de voir George Michael mourir à la fin d'une année où David Bowie, Prince, l'actrice transgenre Alexis Arquette ou le chanteur de Dead or Alive Peter Burns ont disparu. Tous ces gens ne sont pas identifiés comme LGBTQ mais ils ont tous repoussé les frontières de ce qui était accepté alors et ont rendu les choses plus faciles pour ceux qui ne cadraient pas avec les stéréotypes de genre.»

Mélissa Bounoua Rédactrice en chef adjointe de Slate.fr

Newsletters

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

Le film d’Elia Suleiman conclut en beauté une sélection globalement de très bon niveau. L’occasion de revenir aussi sur quelques outsiders marquants, sans oublier les inquiétudes à propos d’un système français menacé de fragilisation.

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

«Mektoub My Love: Intermezzo» pousse à l'extrême ce phénomène auquel nous sommes déjà soumis·es constamment, que ce soit au cinéma, à la télé ou dans les pubs.

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

Le film de Marco Bellocchio reconstitue un épisode décisif de la lutte contre la Mafia, tandis qu'Abdellatif Kechiche plonge le public dans une interminable boucle bruyante et comateuse.

Newsletters