Sports

Jacques Attali: Nous sommes tous des Irlandais

Temps de lecture : 2 min

Les Français ne méritent vraiment pas leur victoire et leur participation à la Coupe du Monde en Afrique du sud.

supporter irlandais, mercredi soir à Paris. REUTERS/Thomas White
supporter irlandais, mercredi soir à Paris. REUTERS/Thomas White

L'équipe de France s'est qualifiée mercredi 18 novembre pour la Coupe du monde de football grâce à une main volontaire de son attaquant et capitaine, Thierry Henry. Bien plus que la piètre qualité de jeu développée par les Français, c'est la main de l'attaquant du FC Barcelone qui a attiré toute l'attention des médias et des commentateurs, aussi bien en France qu'à l'étranger. «C'est une question de fair-play, a déclaré Trapattoni, l'entraîneur de l'Eire. Ce n'est pas facile à accepter. Sur cette action-là, on change les règles. On parle en permanence du fair play, fair play, fair play. J'en ai parlé aux jeunes footballeurs tant de fois, pour leur dire que c'est important dans la vie.» La participation de la France à la Coupe du Monde sera-t-elle entachée par cette tricherie? Jacques Attali le pense.

***

On parlera longtemps de ce match d'hier et chacun ira de son commentaire.

Je dirai ici seulement qu'il est triste de voir le seul survivant de l'équipe couverte de gloire en 1998 accepter de qualifier son équipe sur une main. Il le savait. Il ne l'a pas dit à l'arbitre, qui aurait dû le lui demander. Après l'acte inqualifiable de Zidane à Berlin, voici l'acte malhonnête de Henry, à Paris. Le  football se discrédite. Des gens qui devraient être des modèles disent ainsi aux jeunes: il faut frapper quand vous êtes insultés; il faut tricher quand vous n'êtes pas pris. C'est honteux. Et que dire d'un entraîneur qui ose dire qu'il n'a rien vu et qu'il ne veut rien avoir vu.

Aujourd'hui, je me sens Irlandais. Non seulement parce qu'ils ont perdu de façon si injuste, mais parce qu'ils ont très bien joué, qu'ils n'ont pas protesté outre mesure devant le scandale et que leur entraineur italien, avec un fair play magnifique, a seulement regretté que l'arbitre n'ait pas posé la question à Thierry Henry (« qui aurait "évidemment, dit-il, reconnu sa faute si on le lui avait demandé"). Je me sens Irlandais, parce que ce peuple magnifique, uni dans la défaite comme il l'eut été dans la victoire, est privé d'un avenir ludique, qu'il méritait mieux que la lamentable équipe de France.

Ce match sera oublié. La France ira en Afrique du Sud. Elle gagnera peut-être la coupe du monde. Il n'empêche. Je soutiendrai, désormais, l'équipe d'Irlande.

A moins que les dirigeants du football français aient le courage d'exclure à vie de l'équipe nationale ceux qui lui ont ainsi fait honte. Naturellement, ils ne le feront pas. Trop d'argent, trop d'égo sont en jeu.

Jacques Attali

Lire également sur l'équipe de France de football: Football: si les Bleus passent à la trappe.

Image de une: supporter irlandais, mercredi soir à Paris. REUTERS/Thomas White

Jacques Attali

Newsletters

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Foot, natation, danse ou musique?

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Alors que le club occitan joue son maintien en Ligue 1, un dernier carré de supporters tente de résister aux résultats décevants.

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les soirs de victoire, l’Olympique de Marseille, qui dispute ce mercredi 16 mai la finale de la Ligue Europa, met le feu à toute une ville. Mais pour les journalistes, souvent fans de l'équipe phocéenne, certaines limites professionnelles s'imposent.

Newsletters